limoge son ministre de la Défense

limoge son ministre de la Défense
Descriptive text here

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, en poste depuis 2012, a été limogé dimanche soir par Vladimir lors d’un important remaniement surprise, quelques jours après l’investiture du président russe pour un cinquième mandat au Kremlin et après plus de deux ans de conflit. en Ukraine.

• Lire aussi : La nouvelle menace russe

• Lire aussi : Les forces nucléaires russes sont “toujours” prêtes au combat, prévient Poutine

• Lire aussi : L’Ukraine dénonce une nouvelle attaque russe « massive » contre ses infrastructures

Sergueï Choïgu est remplacé par Andreï Beloussov, économiste, et devient secrétaire du Conseil de sécurité, poste précédemment occupé par Nikolaï Patrushev, qui est démis de ses fonctions, selon un décret publié par le Kremlin.

Ce remaniement intervient au moment où l’armée russe avance dans la région ukrainienne de Kharkiv, quelques jours après avoir lancé un assaut terrestre, et accroît sa pression dans le Donbass, autour de Chassiv Iar.

“Choïgou continuera à travailler dans ce domaine qu’il connaît bien, qu’il connaît très bien de l’intérieur, avec ses collègues et ses partenaires de son ancien lieu de travail”, a rapidement justifié le porte-parole présidentiel. Russe, Dmitri Peskov, cité par les agences russes.

Sergueï Choïgou était ministre russe de la Défense depuis 2012 et incarnait la stabilité des différents gouvernements sous , tout comme le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov, qui conserve son poste de ministre des Affaires étrangères.

Malgré une série de revers humiliants pour les troupes russes en Ukraine en 2022, après la première offensive du 24 février de la même année, Vladimir Poutine a maintenu sa confiance en Sergueï Choïgou, malgré les critiques d’une partie de l’aile militaire de l’armée.

Ce fut notamment le cas suite à la révolte avortée des combattants du groupe paramilitaire de Wagner, dirigé par Eugène Prigojine, en juin 2023.

Andreï Beloussov, son remplaçant, est économiste de formation et n’a aucune formation militaire. Il a été premier vice-président du dernier gouvernement depuis 2020 et l’un des principaux conseillers économiques de Vladimir Poutine ces dernières années.

Le futur rôle de Nikolaï Patrouchev, secrétaire du Conseil de sécurité depuis 2008 et avant cela chef du FSB lors des deux premiers mandats de Vladimir Poutine au Kremlin, sera communiqué « dans les prochains jours », a également précisé Dmitri Peskov.

Le chef du renseignement extérieur (SVR), Sergueï Narychkine, conserve ses prérogatives, tout comme le chef des puissants services de sécurité russes (FSB), Alexandre Bortnikov.

Les représentants de la Douma d’Etat et du Conseil de la Fédération, les deux chambres du Parlement russe, doivent ratifier lundi et mardi ces changements, une formalité car ils sont dominés par unie, le parti de Vladimir Poutine, en l’absence de toute opposition tolérée. .

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’attaque sur la région de Kharkiv pourrait être la première vague d’offensive russe
NEXT le Vatican révise sa doctrine et met en garde ses fidèles – Libération