Israël bombarde Gaza, le chef de l’ONU appelle à un cessez-le-feu « immédiat »

Israël bombarde Gaza, le chef de l’ONU appelle à un cessez-le-feu « immédiat »
Israël bombarde Gaza, le chef de l’ONU appelle à un cessez-le-feu « immédiat »

Les corps de 18 personnes tuées ont été transportés vers un hôpital de Rafah au cours des dernières 24 heures, où six personnes blessées ont également été admises, a indiqué dimanche l’hôpital. Deux médecins, père et fils, ont également été tués dans des frappes israéliennes à Deir al-Balah (centre), selon les services de sécurité civile du Hamas.

“Je réitère mon appel, l’appel du monde entier à un cessez-le-feu humanitaire immédiat, à la libération inconditionnelle de tous les otages et à une augmentation immédiate de l’aide humanitaire”, a déclaré Antonio Guterres dans un discours vidéo lors d’une conférence internationale des donateurs au Koweït.

« Mais un cessez-le-feu ne sera qu’un début. Le chemin sera long pour se remettre de la dévastation et du traumatisme de cette guerre », a-t-il ajouté.

L’entrée de l’aide humanitaire à Gaza est pratiquement bloquée selon l’ONU depuis que les troupes israéliennes sont entrées lundi dans l’est de Rafah et ont pris le poste frontière avec l’Egypte, bloquant un point d’entrée clé pour les convois humanitaires.

Selon le porte-parole de l’autorité des points de passage de Gaza, Hicham Adwan, “des véhicules militaires israéliens ont avancé depuis la frontière (…) à environ 2,5 kilomètres de profondeur” où ils se sont arrêtés.

L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a pour sa part estimé que les opérations israéliennes dans la ville “rendent impossible la fourniture d’une assistance médicale vitale”, ajoutant qu’elle avait commencé à évacuer 22 patients d’un hôpital de campagne à Rafah.

“Intolérable”

Selon l’ONU, quelque 1,4 million de Palestiniens, pour la plupart déplacés par les bombardements et les combats israéliens, sont entassés à Rafah. Quelque 300 000 d’entre eux ont quitté les quartiers est de la ville après plusieurs ordres d’évacuation émis par Israël, selon l’armée.

Un ordre similaire a été émis samedi par l’armée, qui précisait que les zones désignées à l’est de Rafah avaient été « le théâtre d’activités terroristes du Hamas ».

La bande de Gaza est dévastée par plus de sept mois de guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée par une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien contre Israël le 7 octobre. Le ministère de la Santé du Hamas fait état d’un bilan de 34 971 morts, pour la plupart des civils, dans le Territoire palestinien depuis le début de la guerre.

Farid Abou Eida, qui avait fui Gaza-ville pour Rafah, est contraint de trouver un nouveau refuge. « La situation devient de plus en plus dangereuse et les bombardements se rapprochent. Nous ne savons pas où aller. Il n’y a plus d’endroit sûr. »

Dans le nord de la bande de Gaza, l’armée a également émis des ordres d’évacuation pour Jabaliya et Beit Lahia, et a signalé une « opération majeure » dans le quartier de Zeitoun, dans la ville de Gaza. Selon la même Source, le Hamas « tente de reconstruire » dans plusieurs domaines.

Les ordres d’évacuation ont été qualifiés d’« inacceptables » par le président du Conseil européen Charles Michel, qui a appelé Israël à ne pas mener d’« opération terrestre à Rafah », ville considérée par Israël comme le dernier bastion du Hamas.

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne (UE), Josep Borrell, a jugé « intolérable » l’évacuation de la population massée à Rafah vers des « zones dangereuses ».

Mort d’un otage selon le Hamas

La branche armée du Hamas a annoncé sur Telegram la mort samedi d’un otage israélien, détenu à Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, et dont elle avait diffusé des images de lui vivant quelques heures plus tôt.

Elle a imputé sa mort aux « blessures subies après que des avions de guerre sionistes (israéliens) ont ciblé l’endroit où il était détenu il y a plus d’un mois ».

Sollicitée, l’armée n’a pas réagi immédiatement.

Le 7 octobre, des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza ont mené une attaque contre Israël, tuant plus de 1 170 personnes, pour la plupart des civils, selon un bilan de l’AFP basé sur des données officielles israéliennes. Plus de 250 personnes ont été kidnappées et 128 restent captives à Gaza, dont 36 seraient mortes, selon l’armée.

En réponse, Israël a promis d’éliminer le Hamas, qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007 et est considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis et l’UE.

Malgré la réouverture mercredi du passage de Kerem Shalom, voisin de Rafah – fermé par Israël pendant trois jours après des tirs de roquettes du Hamas –, l’acheminement de l’aide reste « extrêmement difficile », selon l’ONU.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Iran : le président Raïssi enterré dans la ville sainte de Mashhad
NEXT Sumar veut plus de P. Sanchez… – .