Le Burundi accuse d’attaques les rebelles soutenus, selon lui, par le Rwanda

Le Burundi accuse d’attaques les rebelles soutenus, selon lui, par le Rwanda
Le Burundi accuse d’attaques les rebelles soutenus, selon lui, par le Rwanda

Le gouvernement du Burundi a accusé samedi les rebelles du groupe RED-Tabara, soutenu, selon lui, par le Rwanda, d’avoir perpétré de récentes attaques, dont une attaque à la grenade la veille qui a fait 38 blessés à Bujumbura.

Selon le ministère burundais de l’Intérieur et de la Sécurité publique, la faction armée RED-Tabara (Mouvement de Résistance pour l’Etat de droit au Burundi) est notamment responsable d’une attaque à la gare routière principale de Bujumbura vendredi soir, qui a fait 38 blessés. , « dont cinq graves ».

“Vers 19 heures, en centre-ville, un terroriste a lancé une grenade sur une foule attendant le bus”, a déclaré à - le porte-parole du ministère, Pierre Nkurikiye.

“Il n’y a pas eu de morts”, a-t-il précisé, mais des sources policières et des témoins ont assuré à l’AFP que cette attaque avait fait au moins 3 morts.

“Presque au même moment”, près d’une station-service dans le quartier Ngagara (nord-ouest de Bujumbura), une deuxième attaque à la grenade n’a fait qu’un blessé, l’auteur de l’attaque – lui-même, qui a été “immédiatement appréhendé”, a ajouté le porte-parole.

Pierre Nkurikiye a lié ces deux attaques à deux autres perpétrées le 24 avril et le 5 mai.

Le 24 avril, une attaque à la grenade a visé « deux transformateurs de courant à Ngagara, dont un partiellement endommagé, et l’auteur a été appréhendé », a-t-il précisé.

Le 5 mai, six personnes ont été blessées, dont une mortellement, lorsqu’« un terroriste a lancé une grenade » sur des consommateurs dans un bar du quartier Kamenge (nord-est de Bujumbura), selon lui.

Lors d’un point de presse au siège du Service national des renseignements (SNR) à Bujumbura, M. Nkurikiye a présenté six personnes soupçonnées dans cette série d’attaques depuis avril.

“D’après les enquêtes et les déclarations des suspects”, “ces terroristes sont recrutés et entraînés, voire équipés d’armes au Rwanda, par le Rwanda”, a accusé le porte-parole.

“Ensuite, ils sont envoyés au groupe terroriste RED-Tabara (à l’Est de la RDC) pour se rapprocher des frontières du Burundi”, a-t-il poursuivi.

Le Burundi accuse régulièrement le Rwanda de soutenir les rebelles, ce que le Rwanda nie.

Créé en 2011, RED-Tabara a revendiqué en septembre 2021 une attaque contre l’aéroport de Bujumbura, la capitale économique, théâtre de plusieurs attaques le même mois.

Il s’agit du mouvement rebelle le plus actif du Burundi, avec un effectif estimé entre 500 et 800 combattants.

Le Burundi a fermé sa frontière avec le Rwanda en 2015 suite à des accusations mutuelles de soutien aux groupes rebelles. La frontière a été rouverte en 2022, puis fermée en janvier dernier par le Burundi, après une attaque rebelle qui a fait 20 morts, dont des femmes et des enfants.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Reporters sans frontières dépose une plainte auprès de la Cour pénale internationale
NEXT Est-il possible de percevoir sa pension tout en vivant à l’étranger ? – .