La remporte le concours secoué par la guerre à

La remporte le concours secoué par la guerre à
Descriptive text here

(Malmö) Nemo a remporté dimanche l’ pour la avec “The Code”, devenant ainsi le premier artiste non binaire à être sacré dans la compétition, au terme d’une édition 2024 marquée par de vives polémiques sur la participation d’Israël, en pleine de guerre dans la bande de .



Mis à jour hier à 23h58

Camille BAS WOHLERT

Agence -Presse

“J’espère que ce concours pourra continuer à encourager (les efforts pour) la paix et la dignité pour chacun”, a déclaré l’artiste de 24 ans en recevant son trophée à la Malmö Arena, dans le sud de la Suède. les yeux voilés de larmes.

Avec sa veste à plumes roses et rouges et sa jupe en satin rose, Nemo a récolté 591 points, dépassant le favori croate Baby Lasagna avec 547 points. L’Ukraine a terminé troisième (453 points) et la France quatrième (445 points).

L’Israélienne , sifflée à plusieurs reprises par les opposants à la guerre à Gaza, est arrivée à la cinquième place avec 323 points pour sa chanson « Hurricane ».

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO TOBIAS SCHWARZ, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le chanteur suisse Nemo

“C’est clairement politique”, a déploré un fan du chanteur Guy, à Tel-Aviv, venu avec des amis dans un bar gay de la ville pour assister à la finale. « Il y a des gens qui nous détestent. Ils n’ont pas une vision d’ensemble », a-t-il ajouté.

Nemo s’est dit “attristé” par le contexte tendu dans lequel s’est déroulé cette année le fameux télécrochet, encadré par un important dispositif de sécurité dans la crainte de dérives.

« Toute cette expérience a été très intense et pas toujours agréable. Il y avait beaucoup de choses qui ne semblaient pas concerner l’amour et l’unité », a confié l’artiste lors d’une conférence de presse après le concours.

« Ni un homme ni une femme »

Nemo offre à la Suisse, championne de la neutralité, sa troisième couronne dans une compétition qui se veut apolitique. La précédente victoire du pays remonte à 1988 avec « Ne partez pas sans moi » interprété par la Canadienne Céline Dion.

“Nemo, tu es le meilleur”, a éclaté la ville de Bienne, dans le nord-ouest de la Suisse, où plusieurs centaines de fans s’étaient rassemblés pour célébrer l’enfant du pays.

Sa chanson “The Code” “parle du voyage que j’ai commencé en réalisant que je ne suis ni un homme ni une femme”, a déclaré Nemo, qui demande à être désigné par des pronoms neutres et a arboré le drapeau non binaire. lors du défilé d’ouverture du concours.

L’Union européenne de radiodiffusion (UER), qui supervise le concours, interdit tout drapeau autre que ceux des pays participants, et notamment toute bannière à message politique.

“J’ai été obligé de faufiler mon drapeau”, a déploré Nemo, qui a estimé que “l’Eurovision doit changer un peu” dans son fonctionnement.

La compétition, suivie par des dizaines de millions de téléspectateurs à travers le monde, apparaît régulièrement comme une vitrine de la communauté LGBTQ+. La drag queen barbue autrichienne Conchita Wurst, lauréate en 2014, ou encore le candidat français Bilal Hassani en 2019, sont entrés dans ses annales.

Manifestants dispersés

A Zagreb, plusieurs centaines de personnes ont regardé le spectacle sur grand écran. Même s’il voyait la victoire lui échapper, Baby Lasagna « a rassemblé toute la Croatie. On peut être fier de lui”, a relevé une fan, Nina Plese, 34 ans.

A Malmö, la police a dispersé samedi une centaine de manifestants pro-palestiniens, dont Greta Thunberg, plus connue pour ses positions sur le climat, mais qui a récemment multiplié ses messages sur la question.

Selon la police, quelque 5 000 personnes ont également défilé pacifiquement pour protester contre la participation d’Israël.

Les syndicats de la chaîne de télévision publique flamande VRT ont brièvement interrompu l’émission samedi soir pour diffuser un message condamnant “les violations des droits de l’homme par l’Etat d’Israël”, comme ils l’avaient fait jeudi lors de la deuxième demi-finale.

La guerre menée par Israël à Gaza contre le a fait au moins 34 971 morts, principalement des civils, selon un bilan du ministère de la Santé de l’organisation islamiste.

Elle a été déclenchée par l’attaque menée le 7 octobre par le Hamas qui a fait plus de 1.170 morts sur le territoire israélien, en majorité des civils, selon un bilan de l’AFP basé sur des données officielles israéliennes.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Royaume-Uni, une puissance militaire contrariée
NEXT Bombardements à Gaza, Israël ordonne de nouvelles évacuations à Rafah