Le Royaume-Uni, une puissance militaire contrariée

Le Royaume-Uni, une puissance militaire contrariée
Le Royaume-Uni, une puissance militaire contrariée

Le sommet de l’emblématique Spinnaker Tower de Portsmouth offre une vue imprenable sur le port aux proportions exceptionnelles de cette grande ville du Hampshire. Dans les anciens chantiers navals transformés en musée, le Guerrierla première frégate blindée de la Royal Navy construite en 1860, aux côtés du la victoire à bord duquel l’illustre vice-amiral Nelson remporta la bataille de Trafalgar en 1805, qui lui coûta la vie. Au nord se trouve la principale base de la marine britannique : elle abrite les deux tiers de sa flotte, soit une trentaine de navires, dont ses deux porte-avions, le reine Elizabeth et le Prince de Galles.

Début avril, le reine Elizabeth est en Ecosse, à la base navale de Clyde, à Faslane, pour des travaux de maintenance. LE Prince de Galles, il vient de rentrer à Portsmouth après avoir participé à « Steadfast Defender 24 », le vaste exercice militaire lancé en janvier par l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) dans le nord de l’Europe. Les techniciens s’affairent sur le pont de cet énorme bâtiment de 65 000 tonnes pouvant accueillir une trentaine d’avions de combat F-35B.

Nous nous sommes battus au début des années 2000 pour que la Marine conserve deux porte-avions [leur construction a été approuvée en 2007, le Queen-Elizabeth a été mis en service en 2017, le Prince-of-Wales, en 2019]. C’était la condition pour que la Marine reste à Portsmouth, seul port capable de les accueillir., explique Gerald Vernon-Jackson, ancien président du conseil municipal de la ville entre 2004 et 2023 (avec une interruption entre 2014 et 2018). Cet éminent membre du parti libéral-démocrate s’est donné rendez-vous au sommet de la Spinnaker Tower afin de mieux comprendre l’importance de la Marine pour cette ville de 200 000 âmes, qui « vécu par et pour la Marine pendant des siècles ». « Sans elle, Portsmouth perdrait son âme », il ajoute. De nombreux habitants de Portsmouth ont de la famille dans la marine : lorsqu’un navire rentre au port, ils se pressent encore autour de la Tour Ronde qui défend l’entrée depuis la fin du Moyen Âge, et saluent les équipages.

« Sur le pied de guerre »

A la sortie de l’hiver, une rumeur agite les médias locaux. Victime de problèmes techniques, le Prince de Galles pourrait être vendu pour financer d’autres programmes de la Marine. « Les gens étaient inquiets car, depuis dix ans, ils voient la flotte diminuer », explique Charlie Murphy, candidat libéral démocrate aux législatives pour Portsmouth Sud. Dans les années 1960, lorsque les dépenses de défense représentaient représentant toujours 7 % du PIB britannique, la Marine a déployé huit porte-avions, 54 sous-marins et 156 destroyers et frégates. À Portsmouth, elle employait 40 000 personnes.

Il vous reste 86,73% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV deux morts, Zelensky parle de « plus de 200 personnes » dans le bâtiment
NEXT Pour définir la suite de la transition, les rencontres nationales commencent au Burkina Faso