Débat au Parlement britannique sur la marocanité du Sahara

Débat au Parlement britannique sur la marocanité du Sahara
Débat au Parlement britannique sur la marocanité du Sahara

La Chambre basse du Parlement britannique a été le théâtre d’un débat houleux sur le Sahara, entre défenseurs de l’intégrité territoriale du Maroc et ceux qui défendent les indépendantistes du Polisario.

Un débat sur la reconnaissance britannique de la marocanité du Sahara initié par le député Daniel Kawczynski a été soulevé le 8 mai au Parlement britannique. Elle a connu une forte présence des pro-Polisario.

Ces derniers mois, les relais du Polisario et de l’Algérie se ruent vers le Parlement britannique pour poser des questions écrites sur le Sahara, ce qui ne laisse aucun doute sur une action menée par les lobbies algériens en Grande-Bretagne qui craignent une prochaine reconnaissance au Royaume-Uni, suite à sur les traces des États-Unis, de l’Espagne et d’autres pays.

De son côté, le gouvernement du Premier ministre Rishie Sunak était représenté par le secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement, David Rutley.

Ce dernier a répondu en avril à une question écrite d’un partisan du Polisario au sujet des accords commerciaux avec le Maroc. Le responsable a répondu que le gouvernement britannique considérait l’activité commerciale au Sahara occidental (dans le cadre des accords signés avec le Maroc) comme tout à fait légale.

Devant la Chambre des Communes, Daniel Kawczynski, député conservateur, convaincu de la marocanité du Sahara et fin connaisseur du Maroc, a qualifié le Royaume de « démocratie prospère », exprimant son souhait de voir son pays reconnaître le Sahara marocain afin de développer davantage les liens entre le Maroc et le Royaume-Uni.

« Lorsque je suis allé au Maroc, j’ai constaté les efforts massifs déployés pour endiguer le flux de migration clandestine vers l’Europe. J’ai rencontré de nombreux responsables et entendu comment ils ont réussi à empêcher plus de 300 000 passages illégaux vers l’enclave espagnole de Ceuta et les îles Canaries. a-t-il déclaré. Le député britannique a également rencontré le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, le 30 janvier à Rabat.

Le député conservateur a indiqué que ce débat portait sur « la nécessité de faire pression sur le gouvernement britannique pour qu’il reconnaisse enfin la souveraineté du Sahara occidental comme faisant partie du Royaume du Maroc ».

Il a tenu à rappeler les liens anciens et les similitudes entre les deux pays, déclarant : « Le Maroc est notre deuxième plus ancien allié, un partenaire fiable qui exige notre soutien (…). Les États-Unis d’Amérique et Israël, deux de nos alliés les plus importants, ont reconnu « que le Sahara est marocain.

Et de souligner que l’Espagne, ancienne puissance coloniale au Sahara, reconnaît que la proposition marocaine d’autonomie présentée à l’ONU, qui accorde une autonomie élargie sous souveraineté marocaine, est la meilleure solution, ce qui montre que l’Espagne reconnaît que le Sahara est un territoire de Maroc.

Même chose pour la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, ainsi que d’autres pays européens, qui se positionnent en faveur du Maroc et de la reconnaissance de la marocanité du Sahara, a rappelé le député.

Lors de ce débat, des partisans du séparatisme, comme James Corbyn, l’ancien leader du parti travailliste, ont appelé le gouvernement britannique à “reconnaître le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination”, en voulant parler de la légalité de la prétendue occupation du Sahara.

Un autre collègue du Parti travailliste, se faisant l’avocat du diable et connaissant bien les attentes du gouvernement algérien, a estimé qu’il était nécessaire d’augmenter l’aide humanitaire des Nations Unies fournie aux camps de Tindouf en Algérie. Fabian Hamilton, a ainsi relevé que seuls les besoins de 90 000 Sahraouis sont couverts sur les 165 000 installés dans les camps de Tindouf en Algérie, parlant de l’aide détournée par le régime algérien et la milice du Polisario qui utilise cet argent pour l’armement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Des milliers de réunions de l’armée allemande étaient accessibles sur le Web
NEXT Le chef du Hamas dit qu’il rejette les accords qui ne mettent pas « explicitement » fin à la guerre