Vols mystérieux de Pouchkine, violences parmi les couples âgés, collaborations de l’EPF avec Israël – rts.ch – .

Calculez si nous profiterions de l’initiative de limitation des primes de santé, des mystérieux vols d’éditions originales de Pouchkine, du témoignage d’une septuagénaire survivante de violences domestiques, des collaborations de l’EPF avec des entités israéliennes et des soupçons de violences contre de jeunes demandeurs d’asile. centre : ce sont les choix RTSinfo de la semaine.

CALCULATEUR – Profiteriez-vous de l’initiative de limitation des primes d’assurance maladie ?

Votre ménage bénéficierait-il de réductions si l’initiative de plafonnement des primes santé à 10 % des revenus était acceptée le 9 juin ? La cellule RTS Data a développé un calculateur pour le savoir.

Pour cet outil, deux scénarios ont été sélectionnés. La première calcule la réduction sur la base de la prime standard (franchise de 300 francs, avec couverture accident et libre choix du médecin). La seconde utilise la prime moyenne effectivement payée par les assurés, qui reste nettement inférieure.

Contenu externe

Ce contenu externe ne peut pas être affiché car il est susceptible de collecter des données personnelles. Pour voir ce contenu vous devez autoriser la catégorie Infographie.

Accepter Plus d’information

Selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui utilise la prime standard dans son estimation (premier scénario), la mise en œuvre du texte coûterait entre 3,5 et 5 milliards de francs par an à la Confédération et aux cantons.

>> Lire : Profiteriez-vous de l’initiative de limitation des primes ? Notre calculateur

>> Le calculateur présenté dans le journal de 19h30 :

Initiative de réduction de prime, la RTS a développé un calculateur pour voir si votre prime pourrait baisser si oui / 19h30 / 2 min. / Mardi à 19h30

LITTÉRATURE – Les mystérieux vols des éditions originales de Pouchkine

De Varsovie à Paris, de Tallinn à Genève, de rares éditions des œuvres du poète russe Alexandre Pouchkine ont disparu des bibliothèques ces deux dernières années. Des vols très ingénieux dont les motivations restent floues : mobile financier ou opération nationaliste liée à la guerre en Ukraine ?

L’affaire a ébranlé les établissements concernés et déclenché une vaste enquête policière, impliquant une centaine d’agents venus de pays européens. Fin avril, Europol a annoncé l’arrestation de plusieurs ressortissants géorgiens accusés d’avoir volé au moins 170 livres rares d’une valeur d’au moins 2,5 millions de francs. Lors de cette opération, 120 livres ont été retrouvés.

Pour Aglaé Achechova, responsable des collections russes à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations de Paris (BULAC), compte tenu de la situation de non-droit en Russie, qui viole toutes les législations internationales, il n’est « pas question de rapporter un livre fraîchement sorti de chez soi ». une collection publique européenne pour le vendre sans se cacher sur le marché russe je crois que c’est la guerre. [en Ukraine] a quelque chose à voir avec ça.

>> Lire : Alexandre Pouchkine, cet auteur dont les éditions originales sont volées dans toute l’Europe

>> Le sujet de Tout un monde :

Des choses amusantes arrivent avec les livres de Pouchkine / Tout le monde / 6 min. / mardi à 08h13

TÉMOIGNAGE – « Mon mari a mis son oreiller sur ma tête »

Les femmes de plus de 70 ans constituent la tranche d’âge la plus représentée dans les féminicides, selon les derniers chiffres des statistiques policières analysés par la RTS. L’émission Mise au Point a recueilli le témoignage d’une septuagénaire ayant survécu à une tentative de fémicide.

« Un soir, il m’a posé son oreiller sur la tête dans la chambre conjugale. J’avais vraiment peur de mourir étouffée », raconte Marianne (ce n’est pas son vrai nom). A 74 ans, cette enseignante à la retraite témoigne pour faire prendre conscience au public que les violences conjugales touchent aussi les personnes âgées. Rien qu’au cours de l’année dernière, au moins trois femmes septuagénaires sont déjà mortes, tuées par leur partenaire ou leur mari. Les polices francophones communiquent peu de détails. La plupart du temps, ils évoquent un « drame familial » ou un « drame à huis clos ».

« Lorsqu’une femme âgée est retrouvée morte dans son sommeil, on ne va pas se demander si c’est son mari qui l’a étouffée avec un oreiller. La plupart du temps, il n’y a pas d’enquête. Il y a des cas de féminicides qui passent inaperçus», explique Delphine Roulet Schwab, professeur à l’école supérieure de santé La Source et seule chercheuse en Suisse à avoir mené des recherches sur cette réalité taboue.

>> Lire : Féminicides chez les seniors : « Mon mari m’a mis son oreiller sur la tête »

>> Le sujet du Focus :

Féminicides : violences chez les seniors / Mise à jour / 12 min. / Dimanche à 20h10

ENQUÊTE – L’EPF mène des collaborations potentiellement sécuritaires avec Israël

L’EPFL et l’EPFZ ont participé à au moins six projets de recherche européens ayant des objectifs potentiellement sécuritaires aux côtés d’entités israéliennes, gouvernementales ou actives dans le secteur privé, a découvert le service d’enquête de la RTS. Cette recherche a été réalisée avant la fin de la collaboration entre la Suisse et le programme de recherche européen Horizon, en 2021.

L’une des recherches les plus sensibles impliquait l’EPFL, une société privée israélienne active dans la détection d’explosifs, et le ministère israélien de la Sécurité publique, en charge de la police et des prisons. Intitulée SNIFFER et développée de 2012 à 2015, cette recherche visait à développer des renifleurs artificiels pour détecter des explosifs ou des êtres humains cachés dans des véhicules aux frontières. Le reniflage artificiel a ensuite été déployé sur des chiens mécanisés.

Au moins trois autres projets de recherche à visée potentiellement sécuritaire impliquant l’EPFL et des entités israéliennes ont été identifiés par la RTS. Ils étaient liés à la cyberdéfense, au développement de composants pour systèmes embarqués, tels que les microprocesseurs et aux stratégies d’éco-conception dans l’aviation.

>> Lire : EPF suisse: collaborations à visée potentiellement sécuritaire avec des entités israéliennes

>> Le sujet du 19h30 :

Notre enquête révèle l’ampleur des collaborations académiques avec Israël : 30 à l’EPFL, plus de 200 à l’EPFZ / 19h30 / 1 min. / Mercredi à 19h30

ENQUÊTE – Soupçons de violences sur des demandeurs mineurs au centre d’asile de Rochat

Clé de bras, plaquage au sol, gaz poivré et détention arbitraire : voilà ce que six migrants mineurs affirment avoir subi entre les mains des agents de sécurité du Centre fédéral pour demandeurs d’asile (VD) de Rochat, a révélé l’enquête du Pôle RTS. Ils ont porté plainte contre plusieurs salariés de la société Protectas. Ni cette dernière ni le SEM ne souhaitent commenter ce dossier.

Au printemps 2023, la Suisse connaîtra une augmentation des arrivées de demandeurs d’asile. Parmi eux, de nombreux mineurs qui immigrent sans parents. Ils sont appelés demandeurs mineurs non accompagnés ou MNA. En Suisse romande, le centre fédéral de Boudry (NE) étant plein, le Secrétariat d’Etat aux Migrations (SEM) décide d’héberger les 16-17 ans les plus autonomes dans la caserne militaire Rochat. Un site réquisitionné à l’armée et situé au-dessus de la commune vaudoise de Provence.

C’est là qu’entre mars et mai 2023, six migrants affirment avoir subi des violences de la part d’une poignée d’agents de Protectas. Lors de leurs interrogatoires avec la police, les employés de Protectas ont contesté les faits allégués et ont essentiellement expliqué qu’ils avaient fait usage d’une force proportionnée contre les requérants qui se comportaient de manière agressive. Par ailleurs, trois agents ont eux-mêmes porté plainte contre l’un des six mineurs non accompagnés pour « menaces et injures ». Cette procédure est toujours en cours devant la justice pour mineurs du canton germanophone où réside désormais le jeune homme.

>> Lire : Soupçons de violences sur des demandeurs mineurs au centre d’asile de Rochat

>> Le sujet du 19h30 :

Une enquête de la RTS révèle un nouveau cas de violences présumées dans un centre fédéral pour demandeurs d'asile en Suisse romande
Une enquête de la RTS révèle un nouveau cas de violences présumées dans un centre fédéral pour demandeurs d’asile en Suisse romande / 19:30 / 3 min. / Dimanche à 19h30

RTSinfo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Des déserteurs ukrainiens prêts à tout
NEXT Amnesty demande une enquête sur trois frappes israéliennes meurtrières