Sur les campus israéliens, grande consternation face aux appels au boycott

Sur les campus israéliens, grande consternation face aux appels au boycott
Sur les campus israéliens, grande consternation face aux appels au boycott
L’Université hébraïque de Jérusalem.
AMIR COHEN/Reuters

Les étudiants et les enseignants s’inquiètent du manque de nuances en vigueur dans les facultés américaines et européennes.

Correspondant à Jérusalem

Étudiante au David-Yellin College de Jérusalem, Latifa fréquente assidûment la bibliothèque de l’Université hébraïque. Cette jeune femme a l’ambition d’enseigner l’hébreu. “Inchallah, un jour je serai professeur ici», confie-t-elle en descendant de son bus. Les mouvements occidentaux appelant au boycott d’Israël laissent sceptique cette Palestinienne vivant à l’est de Jérusalem, dans la partie arabe de la ville. « Ceux qui disent : la Palestine du fleuve à la mer n’ont rien compriselle dit. Cela signifie-t-il plus d’Israël ? Mais nous vivons ensemble, Israéliens et Palestiniens, c’est la réalité ici. Il faut que les jeunes Français le comprennent.» Un flot d’étudiants passe autour d’elle. En ce matin de mai, l’Université hébraïque semble très calme.

Les campus israéliens sont loin de l’agitation des facultés occidentales. Mais le mouvement pro-palestinien y est observé de près. Cela suscite à la fois inquiétude et incompréhension. Ces sentiments surgissent…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 85% à découvrir.

Voulez-vous en savoir plus ?

Débloquez tous les objets immédiatement.

Déjà inscrit? Se connecter

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pékin dit avoir « prévenu » un navire militaire américain naviguant dans une zone « contestée ».
NEXT En Ukraine, l’incroyable histoire de « Puma », qui sauve des enfants derrière les lignes russes