« J’ai été hospitalisé pendant 50 ans, mais je n’étais pas malade » – .

« J’ai été hospitalisé pendant 50 ans, mais je n’étais pas malade » – .
« J’ai été hospitalisé pendant 50 ans, mais je n’étais pas malade » – .
Informations sur l’article
  • Auteur, Lucie Adams
  • Rôle, Correspondant aux affaires sociales BBC News
  • il y a 7 heures

Charles Esler a vécu plus de 50 ans derrière les portes fermées d’un hôpital sans souffrir d’aucune maladie grave.

Charles, qui souffre de légers troubles d’apprentissage et d’épilepsie, a été admis pour la première fois à l’hôpital à l’âge de 10 ans.

A lire aussi sur BBC Afrique :

Il a déclaré à la BBC qu’il avait passé « trop d’anniversaires » à l’hôpital et qu’il n’aimait pas être enfermé sans liberté.

Sa sœur Margo dit qu’elle s’est battue pour que Charles soit transféré dans un endroit où il pourrait être indépendant et l’année dernière, à l’âge de 62 ans, il a finalement reçu pour la première fois les clés de son propre appartement.

“Sa famille a lutté pendant des années pour lui trouver un logement convenable”, explique David Fleming, de l’association caritative Richmond Fellowship Scotland.

« Malheureusement, certaines personnes se retrouvent prises dans le système. »

Crédit photo, MARGO MCKEEVER

Légende, Charles (à droite) a été admis à l’hôpital pour la première fois à l’âge de 10 ans.

Une enquête de la BBC en Écosse a révélé que des centaines de personnes ayant des troubles d’apprentissage sont toujours coincées à l’hôpital ou vivent à des centaines de kilomètres de leur famille.

Ceci malgré des décennies de politique gouvernementale qui a clairement établi que tous doivent quitter les établissements de soins de longue durée pour retourner chez eux.

Il y a deux ans et demi, le gouvernement écossais a promis que « la plupart » des personnes seraient emménagées dans leur propre logement d’ici mars 2024.

Cependant, de nouveaux chiffres obtenus par la BBC montrent que le nombre de personnes hospitalisées a augmenté.

Une demande d’informations auprès des autorités en vertu de la loi sur la liberté d’information a révélé que le nombre de personnes handicapées mentales hospitalisées est passé de 173 à 191 depuis l’année dernière.

Les chiffres globaux du nouveau registre national, qui inclut les personnes hors domicile, ont augmenté de 12%, passant de 1.243 à 1.398.

Crédit photo, MARGO MCKEEVER

Légende, Charles dit qu’il a passé trop d’anniversaires non gratuits à l’hôpital.

Les soignants de Charles affirment que son cas montre que tout le monde peut être aidé à vivre dans la communauté.

Mme Fleming a déclaré : « Il a été formidable pendant sa transition et est maintenant prospère et très indépendant.

Charles, qui a grandi à Glasgow, a déclaré : « Maintenant, je peux sortir et me déplacer, aller au petit pub en bas de la rue et y déjeuner. »

«J’aime le fish and chips. Je me sens vraiment bien. Je n’ai jamais connu la liberté auparavant.

Il dit qu’il aime s’asseoir dans son propre salon et regarder des films de James Bond. Il a appris à cuisiner, à jardiner et à faire son propre ménage.

Sa sœur Margo McKeever dit s’être battue pendant des années pour que son frère ait son propre logement.

« Il ne faut pas penser que c’est un conte de fées », dit-elle.

« Cela ne s’est pas produit du jour au lendemain. De nombreuses personnes ont été impliquées et il a fallu près de 14 ans pour trouver le bon emplacement.

“Tout le monde devrait avoir quelqu’un qui puisse s’assurer que vous n’êtes pas traité comme un simple numéro.”

Crédit photo, Famille Malcolm

Légende, Fraser Malcolm vit à l’hôpital depuis plus de trois ans.

Fraser Malcolm vit à l’hôpital depuis plus de trois ans, même s’il avait été convenu qu’il était prêt à partir.

Le jeune homme de 20 ans, originaire du North Ayrshire, en Écosse, a des problèmes d’élocution et des besoins complexes, mais avant d’être hospitalisé, ses parents disent qu’il menait une vie bien remplie.

Il fréquente une école spécialisée, fait régulièrement de la voile, part en vacances avec sa famille et aide son père à rénover un voilier.

Ses parents ont déclaré que sa plus grande erreur avait été de « demander de l’aide ».

La mère de Fraser, Karen, dit que la situation de son fils s’est aggravée depuis qu’il a été hospitalisé et que la peur d’être retenu à l’hôpital « érode la personne qu’il était ».

Elle ajoute qu’elle est « totalement indignée » que le nombre de personnes ayant des troubles d’apprentissage ait augmenté depuis que les ministres ont promis de rapatrier les gens chez eux.

« Cela a été un coup dur pour notre famille et pour de nombreuses autres familles avec lesquelles je suis désormais en contact », a-t-elle déclaré. « Nous nous sentons affaiblis. »

Légende, Andrew et Karen Malcolm

La famille de Fraser lui a préparé une chambre spécialement conçue et souhaite qu’il rentre chez lui, mais elle affirme que son état s’est tellement détérioré à l’hôpital qu’il a peur de quitter sa chambre.

Comme beaucoup de familles, elles ont eu du mal à trouver un programme de soins adapté et à accepter la transition depuis l’hôpital.

Un porte-parole de la North Ayrshire Health and Social Care Authority a déclaré qu’elle continuerait à travailler avec Fraser et sa famille pour obtenir sa sortie de l’hôpital.

« Il existe des défis permanents au niveau local et dans toute l’Écosse en termes de capacité, de disponibilité et de gamme d’options de soins communautaires pour les personnes ayant des besoins de soutien complexes », a-t-il déclaré.

Des demandes distinctes d’accès à l’information adressées par BBC Scotland à tous les conseils de santé du pays ont révélé que plus de 120 personnes ayant des difficultés d’apprentissage étaient hospitalisées depuis plus d’un an.

Parmi eux, 28 sont hospitalisés depuis plus de 10 ans et quatre depuis plus de 20 ans.

Il y a deux ans, la BBC a découvert que des personnes ayant des troubles d’apprentissage étaient coincées à l’hôpital.

Parmi les jeunes retrouvés, dont Fraser Malcolm, tous sont toujours piégés, vivant derrière les portes fermées de l’hôpital.

Kyle Gibbon a aujourd’hui 37 ans et vit à Carstairs, l’hôpital public, depuis 15 ans.

Jamie a 26 ans et vit toujours à l’hôpital Woodlands View dans l’Ayrshire et à Arran. Il est là depuis l’âge de 19 ans et est enregistré en libération différée.

Louis Sainsbury s’épanouit chez lui dans le Perthshire après des années d’hospitalisation.

Des milliers de personnes handicapées mentales vivaient dans des hôpitaux de soins de longue durée avant les années 1990, lorsqu’il a été reconnu que cela était inhumain.

En 2000, le gouvernement écossais a publié un rapport établissant le droit de toutes les personnes ayant des troubles d’apprentissage de vivre dans leur propre foyer et dans leur propre communauté.

Les experts affirment qu’il est tout à fait possible pour chacun de vivre dans son propre logement avec un soutien adéquat.

Crédit photo, Famille Malcilm

Légende, Fraser aidait son père à réparer son navire

Le Dr Sam Smith, directeur de C-Change Scotland, une organisation qui aide les personnes handicapées à vivre chez elles, a déclaré : « Nous avons mis fin aux longs séjours dans les hôpitaux il y a plus de 20 ans parce que nous savions que les gens pouvaient vivre au sein de la communauté.

Le gouvernement écossais affirme avoir travaillé avec les autorités locales pour créer un registre national des personnes ayant des troubles d’apprentissage qui se trouvent dans des hôpitaux ou à des centaines de kilomètres de chez elles, et a fourni 20 millions de livres sterling (25 millions de dollars) pour aider ces personnes à rentrer chez elles.

La ministre des Affaires sociales, Maree Todd, a déclaré à BBC Scotland : « Nous sommes absolument déterminés à faire avancer cette question. Mais comme le montrent ces rapports, cette question est difficile à résoudre.

« La responsabilité juridique incombe aux autorités locales et je travaille en étroite collaboration avec elles pour tenter d’améliorer la situation.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Israël doit « arrêter son offensive militaire à Rafah »
NEXT Guerre en Ukraine | Washington appelle ses alliés à donner des systèmes Patriot à l’Ukraine