Kiev arrête deux « agents » qui prévoyaient d’assassiner Zelensky

Kiev arrête deux « agents » qui prévoyaient d’assassiner Zelensky
Kiev arrête deux « agents » qui prévoyaient d’assassiner Zelensky

(Kiev) Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont annoncé mardi l’arrestation de deux agents de sécurité soupçonnés d’avoir préparé l’assassinat du président Volodymyr Zelensky et d’autres hauts responsables du pays, sur ordre de Moscou.

Le SBU a “démantelé un réseau d’agents” des services de sécurité russes (FSB) qui “préparaient l’assassinat du président ukrainien”, a indiqué cette Source dans un communiqué.

D’autres “hauts représentants” des sphères militaire et politique ont également été visés, comme le chef du renseignement militaire Kyrylo Budanov, ont indiqué les services ukrainiens.

Les suspects arrêtés sont « deux colonels » des services de l’État ukrainien assurant la sécurité des agents publics, ont-ils précisé.

Ce réseau était « supervisé » par le FSB et les deux responsables auraient « transmis des informations confidentielles » à la Russie, a indiqué le SBU.

Ils auraient notamment voulu recruter des militaires « proches des services de sécurité » du président Zelensky afin de « le prendre en otage et le tuer », selon les autorités ukrainiennes.

L’un des membres de ce prétendu réseau aurait obtenu des drones et des explosifs, selon le SBU.

L’Ukraine a dénoncé à plusieurs reprises les tentatives d’assassinat contre son président, d’autres hauts responsables ou leurs proches.

En avril, un homme soupçonné d’avoir aidé les services de renseignement russes à préparer une attaque contre Volodymyr Zelensky a été arrêté en Pologne, selon les procureurs polonais et ukrainiens.

La Russie a été accusée à plusieurs reprises d’avoir empoisonné les adversaires du Kremlin dans le pays et à l’étranger, mais elle a toujours nié ces allégations.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le régulateur aérien ouvre une nouvelle enquête sur Boeing concernant ses avions 787 Dreamliner
NEXT Le Premier ministre accuse l’avion de combat chinois de comportement « inacceptable »