Les manifestants ne veulent pas quitter le bâtiment

Les manifestants ne veulent pas quitter le bâtiment
Descriptive text here

17h53

« Les souffrances de la population de nous préoccupent tous profondément, tout comme la situation du peuple israélien retenu en otage. Le nombre de personnes qui ont perdu la vie, ont été blessées, arrêtées ou déracinées continue d’augmenter chaque jour », souligne immédiatement l’université dans sa prise de position.

Pour autant, l’institution affiche sa fermeté : «[L’Université] réitère sa volonté d’éviter le recours à l’intervention policière, mais elle ne peut plus autoriser l’installation jour et nuit du collectif dans des bâtiments destinés à l’activité de recherche et d’enseignement, dont les normes et systèmes d’exploitation ne sont pas destinés à un tel usage.

Elle est prête à discuter de doter le collectif d’un espace lui permettant de poursuivre son action, pendant les heures d’ouverture du bâtiment. Pour ce faire, elle demande au collectif de désigner une délégation de six personnes avec qui elle pourra animer les discussions.

Cela peut se faire à condition que le collectif reste composé uniquement de membres de l’UNIL, et qu’il continue de respecter le bon déroulement des activités de recherche et d’enseignement sur le campus ainsi que l’intégrité des personnes et des infrastructures.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV victime d’un attentat, le Premier ministre Fico a de nouveau été opéré
NEXT Guerre en Ukraine | Washington appelle ses alliés à donner des systèmes Patriot à l’Ukraine