Les enfants ne sont pas les bienvenus

Un article du journal français Le monde sur l’exclusion de plus en plus courante des enfants dans les hôtels et les restaurants a retenu notre attention. Sommes-nous également de plus en plus intolérants ? A tel point que nous préférons passer nos vacances au calme et dans la tranquillité dans des hôtels réservés aux adultes ? Les enfants sont-ils plus agités qu’avant ou les parents trop laxistes ?


Publié à 1h36

Mis à jour à 6h30

« Les gens ne veulent plus d’enfants dans certains endroits, parce que les parents ne font pas leur travail ! », raconte l’actrice et animatrice Jessica Barker, mère de deux filles de 7 et 12 ans et auteure de Maman, dis-moi : la maternité sans filtre ni tabou. « J’ai vu des enfants courir dans des restaurants, ce qui est inacceptable et dangereux, en plus d’être impoli. Le contrecoup est de les exclure ? Oh non ! »

Rassurez-vous, cela n’arrivera pas, car « en vertu de la Charte québécoise des droits et libertés, on ne peut refuser l’entrée pour des raisons liées à l’âge », explique Martin Vézina, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l’Association Restauration Québec. « Les enfants sont nos futurs clients. C’est bien de les initier à la gastronomie, mais c’est aux parents de veiller à leur bon comportement. »

Pour le psychologue Marc Pistorio, auteur de Parent en sécurité, enfant en sécurité, les parents doivent aider leurs enfants à intégrer les règles sociales pour bien fonctionner en société.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Marc Pistorio, psychologue

Les parents ont peur de fixer des limites. Dans les lieux publics, il existe une responsabilité sociale des parents. Un enfant ne peut rien faire simplement parce qu’il est un enfant !

Marc Pistorio, psychologue et auteur

Il y a des places pour tous les âges, estime Olivia Troupel, professeur de psychologie de l’enfant à l’université de Toulouse. « Je ne vais pas dévaler un toboggan dans un parc ! » elle dit. Il y a des âges pour tout et des lieux plus adaptés aux adultes qu’aux enfants. Un enfant n’appréciera pas forcément d’aller dans un grand restaurant où il devra rester assis pendant des heures ou dans un spa. Cela n’a aucun sens. »

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO NIKOLA STOJADINOVIC, GETTY IMAGES

Les enfants sont-ils plus agités qu’avant ou les parents trop laxistes ?

Manque de repères

Jessica Barker aime sortir avec ses filles au restaurant et pense qu’elles savent comment se comporter. « On ne va pas passer notre vie à manger à St-Hubert juste parce qu’on a des enfants ! se lamente-t-elle. Mes filles sont conscientes que dans les lieux publics, il faut se comporter correctement. A la bibliothèque, ils savent qu’il ne faut pas faire de bruit, mais on dirait que leurs parents ont abandonné ! »

Certains enfants ne sont pas scolarisés, estime Olivia Troupel.

Ils ne disent pas bonjour, merci, au revoir, ils ne savent pas rester assis. On voit des gens crier dans les magasins, qui ne supportent plus les frustrations, car la frustration s’apprend, elle n’est pas innée. On est dans une société qui veut tout, tout de suite, le temps d’attente n’existe plus.

Olivia Troupel, professeur de psychologie de l’enfant à l’Université de Toulouse

Le professeur évoque également le fait que les parents se sentent perdus, manquant de soutien et d’accompagnement. Ils ne savent plus ce qui est fait ou ce qui ne l’est pas, ce qui est normal ou non.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO RUDI_SUARDI, GETTY IMAGES

Dans l’avion, quand les parents avec bébés s’assoient à côté de nous, avouons-le, nous espérons que notre voyage ne sera pas un enfer.

Dans l’avion, quand on voit arriver des parents avec un bébé, on a l’air effrayé. Et quand ils s’assoient à côté de nous, avouons-le, nous espérons que notre voyage ne sera pas un enfer. « Il faudrait plutôt faire preuve d’empathie », pense Marc Pistorio.

A ce titre, Malaysia Airlines et Corendon Airlines disposent de zones réservées aux adultes et offrent ainsi plus de tranquillité à leurs voyageurs.

Hôtels réservés aux adultes

Au Québec, Transat propose une sélection d’hôtels réservés aux adultes, et la demande pour ces établissements sans enfants est croissante. « Les données montrent une augmentation significative de l’intérêt pour ce type de séjour depuis 2018 (en supprimant les années marquées par la pandémie). Entre 2022 et 2023, nous avons constaté une augmentation impressionnante de plus de 60 % de la demande pour ce type d’hôtels. Force est de constater que ce segment du marché touristique continue d’évoluer rapidement, répondant à un besoin de plus en plus fort de voyages axés sur le bien-être», répond par courriel Marie-Christine Pouliot, responsable des relations publiques et du marketing de contenu Transat.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO FOKKEBOK, GETTY IMAGES

La demande d’établissements réservés aux adultes augmente.

La clientèle qui fréquente ces hôtels est majoritairement composée de couples adultes âgés de 45 à 64 ans. « De nombreux voyageurs recherchent des expériences qui favorisent la tranquillité, un lien profond avec la nature, la culture locale, les autres et soi-même. Ces aspirations se traduisent par une préférence pour les séjours dans des milieux réservés aux adultes, où le calme et la sérénité sont plus facilement accessibles », écrit Marie-Christine Pouliot.

Calme et sérénité. Sans enfants. Sans bruit. Est-ce notre aspiration ultime ?

Nous sommes devenus plus individualistes. Nous voulons satisfaire nos besoins, ce qui se traduit par une intolérance au bruit et aux enfants. C’est un problème de ne pas inclure les parents et les enfants dans certains endroits, et cela ne va pas aider les choses.

Marc Pistorio, psychologue et auteur

Jessica Barker a été très surprise d’être invitée à un mariage… sans enfants ! « S’il y a un endroit où l’on veut des enfants, c’est dans le mariage, ça fait partie de la vie ! Il n’y a rien de plus beau qu’une fête comme un mariage où toutes les générations se mélangent ! »

Le développement social des enfants se produit à travers des interactions avec différents groupes d’âge et différents lieux, affirme Marc Pistorio. « Pourquoi les priver d’un rituel comme un mariage ? Il est crucial que les enfants explorent, interagissent et résolvent les conflits. Les priver de tout cela peut compromettre leur développement social. Les gens doivent comprendre que les enfants font partie du paysage social ! Apprenons la tolérance, la patience. C’est aussi la vie. C’est le monde qui nous entoure. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Des navires philippins en route vers le récif revendiqué par Pékin
NEXT Poutine en Chine cherchant du soutien pour sa guerre en Ukraine