« Trop blancs et pas assez noirs », le calvaire oublié des Khoisans d’Afrique du Sud

« Trop blancs et pas assez noirs », le calvaire oublié des Khoisans d’Afrique du Sud
« Trop blancs et pas assez noirs », le calvaire oublié des Khoisans d’Afrique du Sud

RAPPORTS – Ceux qu’on appelait les Bushmen, ou Bushmen, sont les descendants des premiers habitants de l’Afrique australe. Plus de trente ans après l’abolition de l’apartheid et l’arrivée de l’ANC au pouvoir, ces peuples autochtones sont toujours invisibles dans le discours national ainsi que par la non-reconnaissance de leur héritage culturel et de leurs revendications territoriales.

La terre est rouge, comme si elle était violette de sang. Le ciel immense se fond dans un horizon frémissant sous le poids d’un soleil de plomb. Nous laissons Kimberley derrière nous. Là où avant il y avait beaucoup de diamants, maintenant il n’y a plus rien. À l’exception d’un trou, le plus grand jamais creusé par la main de l’homme, nous dit-on. Entre cette ville qui a donné son nom aux accords sur les « diamants du sang » et Cape Town, bien plus au sud, subsistent des villes peu à peu abandonnées comme les quelques endroits de végétation résistante qui parsèment le sol où nous engageons notre véhicule. Une dizaine de kilomètres et deux chansons de Johnny Clegg plus tard, nous arrivons à Platfontein. “Platfontein ? Que vas-tu faire là-bas ? “, nous a demandé la réceptionniste de l’hôtel désuet, le Kimberley Club, où les vieilles photos encore accrochées aux murs entre les trophées de chasse témoignent du passé glorieux où sont venus les pionniers anglais et hollandais…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 92% à découvrir.

Voulez-vous en savoir plus?

Débloquez tous les objets immédiatement.

Déjà inscrit? Se connecter

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Volodymyr Zelensky, président indéfini
NEXT un mort suite à une attaque de drone ukrainien