un mort et plusieurs blessés par balles en Seine-Saint-Denis

Un chiffre très inquiétant et en augmentation… : près de 4 meurtres et tentatives de meurtres par jour en Belgique !

Par Françoise De Halleux

Selon les statistiques de la police fédérale, les meurtres, assassinats et tentatives ont augmenté de 17 % dans notre pays en trois ans (entre 2019 et 2022). Quant aux homicides volontaires « réussis », ils ont augmenté de 21 % !

La police fédérale a enfin finalisé sa statistique de la criminalité pour l’année 2022, qui reprend les chiffres toutes zones de police confondues. Quant aux faits les plus graves, les chiffres sont en hausse et pas peu.

En 2022, il y aura pas moins de 1 375 meurtres, assassinats et tentatives de meurtres et assassinats. Ce qui fait 3,7 meurtres et tentatives par jour ! Des chiffres qui donnent des frissons. Non seulement en termes absolus mais aussi en termes d’évolution. Depuis 2012, ces 1 375 homicides et tentatives volontaires constituent un record. Par rapport à 2019 (année avant Covid), ils représentent une augmentation de 17%.

Si l’on exclut les tentatives d’homicide volontaire, les chiffres sont bien entendu inférieurs. On en est alors à 179 homicides (105 meurtres et 74 assassinats) pour 2022. Ce qui représente une augmentation de 21 % par rapport à 2019 où il y avait eu au total 147 homicides volontaires (95 meurtres et 52 assassinats).

Montage -/iStock

Nous avons demandé à l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) un commentaire sur ces chiffres, mais le criminologue Dieter Burssens préfère analyser sur le plus long terme. “Nous avons publié cette année une grande étude sur la criminalité en Belgique (basée sur les chiffres de l’OMS), mais qui s’étale sur plusieurs années et jusqu’en 2018”, précise-t-il. « On observe que depuis les années 1960 jusqu’aux environs de 1999, le nombre de décès par violence a augmenté (jusqu’à 20 morts pour 1 million d’habitants). Puis ce nombre a diminué jusqu’en 2018 (10 décès pour 1 million d’habitants). Constatons-nous une augmentation des chiffres ? La question est intéressante au vu des chiffres que vous me donnez pour 2022, mais il faudra plus de recul pour le confirmer et ne pas se fier uniquement aux chiffres de la police, car ils ne disent pas tout.»

Les grandes villes concentrent logiquement le plus de violence. Liège, par exemple, compte au total 60 meurtres et tentatives en 2022. « Ce sont 60 incidents de trop », réagit le 1er commissaire divisionnaire Christian Tesson, commandant par intérim. « Mais il faut relativiser. Ce chiffre reste stable au fil des années (59 événements en 2012, 58 en 2019, etc.) alors que la ville est de plus en plus animée et les événements et fêtes se multiplient. Les chiffres restent stables alors qu’il existe un phénomène social, de paupérisation, de migration… qui, sans stigmatiser, accroît généralement la violence. J’ose donc espérer que l’action policière permettra malgré tout de contenir les violences dans la ville.» Dangereux de se promener à Liège ? « Pas plus que dans une autre ville », répond Christian Tesson. « La présence policière dissuade les auteurs d’agir. Voir beaucoup de policiers dans le Carré les soirs de fête est rassurant pour les visiteurs. Le 1er commissaire divisionnaire précise qu’à Liège, 7 personnes ont perdu la vie en 2022 suite à un homicide volontaire, tous des hommes.

Du côté de Charleroi, où l’on a enregistré 48 homicides volontaires et tentatives en 2022 (contre 40 en 2019), on pointe surtout les problèmes liés à la drogue. “Toutes ces violences sont liées au trafic de drogue, entre groupes qui se livrent une concurrence féroce dans la rue”, explique David Quinaux, porte-parole de la police locale de Charleroi. « Même pour quelques grammes de haschisch, on tue ! Dans ce domaine, il n’y a pas de droit de la concurrence, tout se fait par l’intimidation et les règlements de compte.»

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’OTAN souligne les restrictions sur l’utilisation des armes occidentales
NEXT Homosexuels dans les séminaires italiens, le mot choc du pape François