«C’est la prochaine étape», déclare un expert

«C’est la prochaine étape», déclare un expert
«C’est la prochaine étape», déclare un expert

L’utilisation d’un avatar comme porte-parole par le ministère des Affaires étrangères en Ukraine est une nouveauté qui s’inscrit logiquement dans cette transition technologique qui fait suite à l’avènement de l’intelligence artificielle, selon un expert.

• Lire aussi : Rencontrez Victoria Shi, la nouvelle porte-parole ukrainienne générée par l’IA

• Lire aussi : Analyse de la parole : l’intelligence artificielle pour prévenir les risques suicidaires ?

• Lire aussi : Intelligence artificielle : « la valeur du travail effectué par les humains va diminuer », estime Yoshua Bengio

“C’est assez surprenant, mais c’est le résultat”, déclare l’animateur du podcast d’actualité numérique Mon cahierBruno Guglielminetti.

Même si les porte-parole virtuels ont déjà été utilisés pour transmettre un message, « c’est la première fois qu’un avatar […] prendra la parole pour expliquer le point de vue d’un pays”, précise M. Guglielminetti.

Il ajoute que le gouvernement ukrainien “a quand même voulu rassurer les gens en disant que c’est un humain – pour le moment – ​​qui contrôlera le texte que délivrera l’avatar”.

Le spécialiste reconnaît toutefois qu’« on est allé ailleurs » avec cette nouveauté.

Il note que cette technologie met également en danger certains métiers, comme celui de présentateur de journaux télévisés dans les médias.

« Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les gens qui font votre travail », a-t-il déclaré à l’animateur Michel Jean.

« En Chine et en Corée du Sud, il y a déjà des clones des présentateurs qui ont été réalisés à l’image de l’original et qui arrivent à délivrer des bulletins, ici et là dans la programmation, alors que, ça existe déjà, des personnages de synthèse qui parlent, » dit M. Guglielminetti.

***Regardez l’interview complète de Bruno Guglielminetti dans la vidéo ci-dessus***

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV des avocats protestent contre une série d’arrestations
NEXT Biden refuse de partager l’enregistrement de son témoignage devant un procureur spécial