Le Tchad, « dernier domino » occidental au Sahel, pour combien de temps ?

Le Tchad, « dernier domino » occidental au Sahel, pour combien de temps ?
Le Tchad, « dernier domino » occidental au Sahel, pour combien de temps ?

« Nous devons rester, et bien sûr nous resterons », a déclaré, le 7 mars, Jean-Marie Bockel, « envoyé personnel » d’Emmanuel Macron, après un entretien avec le président de la transition tchadien, Mahamat Idriss Déby. Ce dernier, hissé par un groupe de généraux sur le fauteuil de son père, Idriss Déby, tué au combat en 2021, après trois décennies de règne indivis, soutenu par la France, va tenter, lundi 6 mai, de légitimer par les urnes un pouvoir acquis en dehors de tout cadre constitutionnel. Un scrutin transparent déjà contesté par son principal rival et premier ministre, Succès Masra, qui estime que “la place de l’armée française est en France”.

Lire aussi le décryptage | Article réservé à nos abonnés Au Tchad, le ton monte à l’approche de la présidentielle du 6 mai

Ajouter à vos sélections

Paris peut-il se permettre de maintenir sa présence militaire au Tchad, alors que ses soldats ont été successivement chassés du Mali, du Burkina Faso et du Niger, et que le rejet de sa politique étrangère ne cesse de croître sur un continent balayé par un vent de souveraineté ?

Si cette rupture est si difficilement envisageable, c’est en partie parce que la relation militaire franco-tchadienne est une longue histoire de codépendance. Le pays et ses « guerriers du désert » occupent une place à part dans l’imaginaire de l’armée française, présente sur ce territoire de manière quasi continue depuis plus d’un siècle.

Du « Limousin » à « l’Epervier »

Première colonie à rejoindre la France Libre, le 26 août 1940, le Tchad reste en partie administré par l’armée française jusqu’en 1965, cinq ans après l’indépendance du pays. Depuis, le « porte-avions du désert » – comme on le surnommait en raison de sa position stratégique permettant à Paris de projeter ses troupes dans la région – détient le record du plus grand nombre d’opérations extérieures françaises.

De l’opération Limousin » (1969-1971), pour protéger le président François Tombalbaye contre les factions rebelles venues du Soudan, dans « Epervier » (1986-2014), contre l’invasion des troupes libyennes de Mouammar Kadhafi, l’armée française a porté successivement Hissène Habré au pouvoir en 1982 [condamné, en 2016, à la prison à vie pour des crimes contre l’humanité commis durant sa présidence, jusqu’en 1990]. Il a ensuite accompagné le renversement de ce dernier par Idriss Déby, huit ans plus tard, et bombardé les colonnes de rebelles qui menaçaient le pouvoir de ce dernier en 2019. De son côté, le Tchad a envoyé ses troupes en première ligne lorsque la France s’est engagée au Sahel. contre les djihadistes en 2013.

Lire aussi (2023) | Article réservé à nos abonnés Les armées suspendues de l’arbitrage de l’Elysée pour l’avenir de leurs bases en Afrique

Ajouter à vos sélections

Un millier de militaires français sont encore aujourd’hui stationnés sur la base aérienne de N’Djamena, d’où décollent chaque jour des Mirages, ces avions de chasse qui fournissent au régime de précieuses informations sur les mouvements rebelles aux frontières du territoire.

Il vous reste 54,78% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV aucune accusation criminelle n’a été déposée contre la mère
NEXT Guerre en Ukraine | Washington appelle ses alliés à donner des systèmes Patriot à l’Ukraine