Prenons Trump au pied de la lettre

Prenons Trump au pied de la lettre
Prenons Trump au pied de la lettre

À quoi ressemblerait le nouveau mandat de Donald Trump ? Pour le savoir, il suffit de lui demander, et ses réponses ne sont pas encourageantes.

· Lire aussi : Interruption du procès pénal : les deux premiers grands meetings de campagne de Trump

Pour les apologistes de l’ex-président ou pour certains commentateurs qui se drapent dans la neutralité, il n’y a pas lieu de s’inquiéter d’un second mandat de Trump.

Cependant, dans une récente interview accordée au magazine Tempsnombre des intentions qu’il expose sont alarmantes.

Un tournant autoritaire

Trump a déclaré qu’il serait un dictateur « dès le premier jour ». Il prétend que c’était une blague, mais souligne néanmoins qu’il pense que beaucoup de gens aiment ce genre de langage.

En fait, quiconque admire et envie ouvertement des dirigeants comme Vladimir Poutine, Kim Jong-un ou Viktor Orban nous donne constamment la preuve de son intention de les imiter s’il revient au pouvoir.

Par exemple, Trump entend détruire l’indépendance de la fonction publique. Ceux qui refusent de se conformer à ses directives, même si elles sont illégales, pourraient être arbitrairement licenciés.

En tant que chef de l’État, Trump promet de faire appel aux forces armées, à la garde nationale ou aux forces de police locales (qui ne dépendent pas de l’autorité du président) pour réprimer ses détracteurs ou poursuivre les migrants.

Incapable de comprendre que les accusations portées contre lui sont le résultat d’enquêtes indépendantes ratifiées par des jurys citoyens, Trump promet d’enterrer la norme de l’indépendance judiciaire et d’ordonner lui-même des inculpations contre ses adversaires en guise de représailles.

Des politiques radicales

Les politiques proposées par Trump sont aussi radicales que son penchant autoritaire. Son appel à expulser dix millions de migrants serait probablement l’une des politiques les plus coûteuses et les plus catastrophiques de l’histoire de son pays.

Parlant de politiques coûteuses, il promet également d’imposer un droit de douane minimum de 10 % sur toutes les importations, mais il refuse de comprendre qu’un tel protectionnisme débridé serait inflationniste et pénaliserait les consommateurs américains.

Sa politique étrangère sonnerait le glas du leadership international américain, ouvrant la porte de l’Europe à Vladimir Poutine, entre autres conséquences potentiellement désastreuses.

En matière d’avortement, Trump renvoie la balle aux États, mais force est de constater que son retour accélérerait l’effacement de ce droit et entraînerait des conséquences dramatiques, voire tragiques.

Au pied de la lettre

Les défenseurs de Trump disent que cela ne devrait pas être pris au pied de la lettre. C’est une erreur. Quand quelqu’un nous dit qui il est, nous devons l’écouter. Trump ne cesse de répéter que s’il redevient président, il se moquera des limites constitutionnelles des pouvoirs de cette fonction.

Lors de son premier mandat, plusieurs personnes de son entourage ont refroidi ses ardeurs autoritaires et désamorcé ses idées les plus calamiteuses ou saugrenues, mais les « adultes dans la salle » ne seront plus là en 2025. Trump est déterminé à s’entourer de bienheureux -oui- oui dont la fidélité à son égard constituera la seule garantie de compétence à ses yeux.

À quoi ressemblerait un deuxième mandat de Trump ? Écoutez ce qu’il dit. Il ressemblera à ceci.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les présidents des Émirats arabes unis et du Conseil européen discutent des efforts visant à mettre fin à la guerre à Gaza
NEXT En Egypte, l’ascension du sulfureux El-Argani