sur cette île italienne, l’enfer commence au printemps

sur cette île italienne, l’enfer commence au printemps
sur cette île italienne, l’enfer commence au printemps

Plages bondées pendant les mois d’été, rues étroites bloquées par les bus… Au large de Naples, le succès de Capri se poursuit auprès des visiteurs étrangers, obligeant les gens qui y travaillent à vivre sur le continent.

Capri, c’est vraiment fini ? Célèbre pour sa mer bleue, ses vues à couper le souffle et son littoral parsemé de criques, l’île méditerranéenne de Capri est un paradis touristique depuis l’Empire romain. Mais contrairement à l’époque impériale, où les empereurs en faisaient leur terrain de jeu exclusif, l’île rocheuse attire désormais des visiteurs du monde entier, obstruant ses ruelles étroites, remplissant les places et bloquant les plages pendant les chauds mois d’été. En haute saison, jusqu’à 16 000 touristes s’y pressent chaque jour, contre environ 7 000 résidents permanents.

La plupart sont des excursionnistes, mais un nombre croissant de personnes passent la nuit à mesure que de plus en plus de maisons sont transformées en locations de vacances, ce qui entraîne ses propres problèmes. “Capri devient un dortoir pour touristesa déclaré Teodorico Boniello, président de l’association locale de consommateurs. Il y a plus de personnes qui arrivent que nous ne pouvons en accueillir et les familles ne peuvent pas s’enraciner parce qu’elles n’ont pas les moyens de rester.» Capri est un microcosme de nombreux lieux de vacances européens. Les habitants dépendent des visiteurs pour leur subsistance, mais l’avènement du tourisme de masse risque de dégrader leurs paysages d’une beauté immaculée.

« Nous voulons convaincre les touristes de venir en hiver »

Capri a récemment doublé ses tarifs de visite, passant de 2,50 € à 5 €, payés par les touristes étrangers lorsqu’ils prennent un ferry depuis Naples ou Sorrente.
Ciro De Luca / REUTERS

Certaines villes et îles italiennes commencent à réagir, quoique lentement. Venise est devenue la semaine dernière la première ville au monde à introduire un droit d’entrée de 5 € pour les visiteurs pendant les périodes de pointe, Florence a interdit les nouveaux hébergements touristiques dans le centre-ville et le parc des Cinque Terre sur la Riviera italienne a commencé à facturer 15 € pour l’accès à un littoral célèbre. Une voie pour lutter contre la surpopulation.

Capri a doublé ses propres frais de visite, de 2,50 € à 5 €, que les étrangers paient lorsqu’ils prennent un ferry depuis Naples ou Sorrente, à proximité, entre avril et octobre. « Nous cherchons à convaincre davantage de personnes de venir en hiver», a déclaré à Reuters le maire de Capri, Marino Lembo. Mais il semble peu probable qu’une taxe aussi modeste dissuade les touristes de visiter une île qui compte plus de quatre millions de photos taguées sur Instagram. De plus, les habitants affirment que cela ne fera rien pour atténuer la crise du logement, qui contraint de nombreux travailleurs essentiels, notamment des enseignants et des médecins, à vivre sur le continent.

Le quotidien bouleversé des habitants

Airbnb répertorie plus de 500 propriétés à Capri, contre environ 110 en 2016, empêchant certains Italiens de s’installer sur l’île.
Ciro De Luca / REUTERS

Antonio De Chiara, 22 ans, se réveille tous les matins à 5h20 dans sa ville natale près de Naples pour s’assurer de prendre le ferry de 7 heures du matin, qui met cinquante minutes pour rejoindre Capri. Environ 400 autres navetteurs le rejoignent pour traverser la baie. A peine sortis de Naples, ceux qui ont un emploi du temps serré commencent à faire la queue dans les allées pour s’assurer d’être les premiers à descendre du bateau et à prendre place dans l’un des rares petits bus qui montent la colline jusqu’à la ville. Les retardataires risquent une longue attente.

Ce serait bien de vivre à Capri, mais c’est très difficile. Même si je parvenais à trouver un logement, le loyer engloutirait tout mon salaire», raconte le jeune homme qui a récemment trouvé un emploi de pédothérapeute sur l’île. Stefano Busiello, 54 ans, enseigne les mathématiques dans un lycée de Capri mais vit à Naples et fait la navette depuis 20 ans. “Je n’ai même jamais essayé de trouver une maison ici. Je n’ai jamais pu me le permettre et les choses deviennent de plus en plus difficiles.» Seuls 20 pour cent du personnel de son école vivent à Capri, a-t-il expliqué, et tous les autres arrivent par ferry – une routine qui fait que la plupart de ses collègues ne restent pas plus de deux ou trois ans avant de chercher à être transférés dans des écoles du continent.

Roberto Faravelli, qui gère un bed and breakfast près du port, affirme que des gens comme lui pourraient être disposés à louer leurs propriétés à des travailleurs si la région offrait des incitations pour combler l’écart en matière de locations de vacances lucratives. “Le gouvernement doit encourager les propriétaires à proposer des loyers à long terme. Ce qui nous manque, c’est quelqu’un qui essaie de résoudre ces problèmes“, a-t-il déclaré. Mais le maire Lembo ne s’attendait pas à une intervention des autorités. “C’est dommage, mais c’est l’économie de marché qui est à l’œuvre

On peut facilement attendre deux voire trois heures pour gravir la colline en été. Les quais sont bondés. Personne ne peut bouger.

Teodorico Boniello, président de l’Association des Consommateurs de Capri

En été, jusqu’à 5 000 visiteurs arrivent en deux heures

La plateforme de location saisonnière Airbnb répertorie plus de 500 propriétés à Capri, contre environ 110 en 2016. Ce n’est que la pointe de l’iceberg, car les familles louent leurs propriétés pendant les mois d’été sur des portails non réglementés. “Ce marché de la location à court terme est chaotique. Il n’y a aucun contrôle», a déclaré le maire de Capri. Malgré un ressentiment évident face au manque de logements viables, Capri n’a pas encore connu le genre de manifestations observées ailleurs, comme dans les îles Canaries en Espagne, où des milliers de personnes sont descendues dans la rue ce mois-ci pour exiger une limitation des arrivées de touristes.

La fin de la pandémie de Covid-19 a vu le tourisme augmenter à travers l’Europe alors que les voyageurs du monde entier cherchent à rattraper le temps perdu. L’Italie a enregistré des nuitées presque record en 2023, selon les données recueillies par le Centre d’études touristiques de Florence, et était le 5ème pays le plus visité au monde en 2023, les touristes étant attirés par ses villages pittoresques et ses villes riches en culture. Mais aucun n’a été construit pour les voyages de masse.

Le matin, en haute saison, une flotte de ferries débarque jusqu’à 5 000 visiteurs dans le petit port de Capri en seulement deux heures. Tout le monde veut se rendre dans la ville de Capri et dans la petite ville d’Anacapri, mais les bus ne peuvent transporter qu’une trentaine de personnes à la fois et une cinquantaine pour le funiculaire. “On peut facilement attendre deux voire trois heures pour gravir la colline en été. Les quais sont bondés. Personne ne peut bouger» a déclaré Boniello en feuilletant des vidéos sur son téléphone de personnes rassemblées. Le maire de Capri, Marino Lembo, reconnaît les problèmes mais nie que le tourisme ruine une île sur laquelle ses ancêtres ont vécu pendant des siècles. “Je ne suis pas d’accord avec les nostalgiques qui disent que Capri était plus belle il y a 100 ans. Il y avait alors la misère et la pauvreté. Aujourd’hui, il y a de la richesse, et c’est grâce au tourisme.»


EN VIDÉO – Venise : un ticket payant bientôt imposé aux touristes pour accéder à la ville

« data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” >

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’épouse du président Bachar al-Assad atteinte de leucémie
NEXT Voici la meilleure façon de réagir à un frelon asiatique dans votre jardin, selon cet expert