Une loi extrêmement restrictive entre en vigueur ce mercredi en Floride

Une loi extrêmement restrictive entre en vigueur ce mercredi en Floride
Une loi extrêmement restrictive entre en vigueur ce mercredi en Floride

La Floride va désormais interdire toute interruption volontaire de grossesse au-delà de six semaines, contre quinze semaines auparavant. Alors que le droit à l’avortement est l’un des sujets dominants de la campagne présidentielle, l’État voit entrer en vigueur ce mercredi une loi extrêmement restrictive en la matière, et la vice-présidente Kamala Harris elle-même devrait sur place s’en indigner.

Comme l’avait déjà fait le président Joe Biden il y a quelques jours, elle devrait s’en prendre au républicain Donald Trump, le rendant responsable des interdictions ou restrictions des interruptions volontaires de grossesse décidées par de nombreux États américains depuis deux ans.

« Les électeurs demanderont des comptes à Trump »

Kamala Harris entend “discuter des dégâts causés par l’interdiction de l’avortement au niveau des Etats, et marteler : ‘C’est Trump qui a fait ça'”, a déclaré l’équipe de campagne du président américain et de son colistier. . La vice-présidente de 59 ans, première femme, et première personne afro-américaine et asiatique-américaine à ce poste, a effectué de nombreux voyages et déclarations sur ce thème ces derniers mois.

“Les électeurs tiendront Trump pour responsable”, a assuré Joe Biden le 23 avril. Le démocrate de 81 ans s’est également rendu en Floride, cet Etat du sud-est, l’un des plus peuplés du pays, qui a voté à deux reprises massivement pour Donald Trump, et où son équipe de campagne est presque interloquée. rêver d’un exploit électoral en novembre.

Le Républicain se félicite régulièrement d’être à l’origine du spectaculaire retournement de jurisprudence de la Cour suprême en juin 2022. L’institution, à laquelle il avait donné une composition très conservatrice, avait alors fait voler en éclats la protection au niveau fédéral du droit à l’avortement. , rendant la responsabilité aux États.

La Floride au diapason de neuf autres Etats

Avant mercredi, la Floride était un refuge pour les femmes du sud-est des Etats-Unis, une région où les interdictions ou les restrictions se sont multipliées. Neuf États du sud ont mis en œuvre de telles mesures. Comme la Floride, la Géorgie et la Caroline du Sud ont fixé une limite de six semaines de grossesse, stade auquel de nombreuses femmes ne savent pas encore qu’elles sont enceintes, soulignent les associations défendant le droit à l’avortement.

La Cour suprême de Floride a confirmé l’entrée en vigueur de cette loi en avril, mais a dans le même temps rendu la décision finale aux électeurs. Ces derniers voteront en novembre, en même temps que les élections présidentielle et législatives, un amendement garantissant le droit à l’avortement dans cet Etat du sud-est.

L’interruption volontaire de grossesse a presque toujours été un sujet politiquement brûlant aux États-Unis, même si, selon les sondages, la majorité des Américains sont favorables au droit à l’avortement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le mariage tourne au cauchemar, 100 personnes finissent à l’hôpital
NEXT Proxénètes français, cambrioleurs roumains, cybergangs ukrainiens… Le grand portrait du crime organisé en Europe