affrontements à Los Angeles sur le campus de l’UCLA

affrontements à Los Angeles sur le campus de l’UCLA
affrontements à Los Angeles sur le campus de l’UCLA

Le campus de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) est le théâtre d’affrontements entre manifestants mobilisés pour la cause palestinienne et autres contre-manifestants.

Des heurts ont éclaté ce mercredi 1er mai près d’un campement établi par des manifestants pro-palestiniens sur le campus de l’université de Californie (UCLA), à Los Angeles, selon des images diffusées par la chaîne de télévision locale ABC7.

Des heurts ont éclaté mardi soir entre des militants pro-palestiniens et un groupe de contre-manifestants. ABC7 a déclaré avoir observé des gens se frapper avec des bâtons et déclencher des feux d’artifice.

Mardi, la direction de l’université a déclaré que le campement établi sur le campus par des manifestants pro-palestiniens est « illégal et viole la politique de l’université ».

Un camp de militants pro-palestiniens sur le campus de l’UCLA, à Los Angeles, le 1er mai 2024 — ETIENNE LAURENT / AFP

Police sur place

La vice-chancelière de l’université, Mary Osako, a dénoncé « d’horribles actes de violence ». La maire de la ville, Karen Bass, a qualifié les affrontements d’« odieux et inexcusables » et a annoncé l’arrivée de la police sur le campus.

“Nous pouvons confirmer que des agents du LAPD ont été déployés et se trouvent actuellement sur le campus de l’UCLA pour aider à rétablir l’ordre”, a confirmé la police à X.

Le chancelier de l’UCLA, Gene D. Block, avait mis en garde, avant ces affrontements, contre la présence parmi les manifestants pro-palestiniens occupant le campus de personnes extérieures à l’université. Dimanche déjà, des manifestants pro-palestiniens et pro-israéliens, soutenus par de nombreux manifestants venus de l’extérieur du campus, en sont venus aux mains, à coups de bousculades et d’insultes.

« De nombreux manifestants et contre-manifestants exercent leur militantisme de manière pacifique. Mais d’autres emploient des méthodes franchement choquantes et honteuses », a écrit Gene D. Block dans un message publié mardi sur le site Internet de l’université.

« Nous avons été témoins d’actes de violence. Ces incidents ont provoqué, en particulier parmi nos étudiants juifs, une profonde anxiété et une peur », a-t-il ajouté.

Les tensions sont extrêmement vives dans de nombreuses universités aux États-Unis, au milieu des protestations contre la guerre à Gaza. Ce mardi 30 avril, la police new-yorkaise est intervenue militaire à l’université de Columbia, épicentre de la mobilisation pro-palestinienne, afin de déloger les manifestants qui s’étaient barricadés dans un bâtiment depuis la nuit précédente.

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Après l’occupation de son université, Gand voit plusieurs de ses agences bancaires vandalisées par des militants pro-palestiniens
NEXT Vers la fin des implants et des prothèses dentaires ? Ce médicament bientôt testé sur l’homme fait repousser les dents