Entre Palestine, Israël et Sahara occidental, le Maroc ne cache plus son choix

Entre Palestine, Israël et Sahara occidental, le Maroc ne cache plus son choix
Entre Palestine, Israël et Sahara occidental, le Maroc ne cache plus son choix

Depuis le début de la guerre à Gaza il y a cinq mois, le Maroc a adopté la posture la plus paradoxale de tous les pays arabes et musulmans.

La rue crie son soutien à la Palestine et les autorités sont contraintes au silence, gênées par leur normalisation avec Israël, tout en activant leurs relais pour faire croire à la continuité de l’attachement à la cause palestinienne du roi, président autoproclamé de l’Union. Comité d’Al Qods « .

Il s’avère que le Maroc a sacrifié la cause palestinienne pour tenter d’imposer le fait accompli de son occupation du Sahara occidental.

La signature des accords de normalisation avec Israël en décembre 2020 a eu lieu simultanément à l’annonce par les États-Unis de Donald Trump de leur reconnaissance du « Souveraineté marocaine » sur le Sahara occidental.

Le marchandage a été assumé sans enthousiasme par la communication officielle qui avait évoqué « intérêt national » faire accepter la normalisation par une opinion publique résolument pro-palestinienne.

Le moment est venu d’assumer pleinement nos responsabilités après cinq mois de guerre barbare contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza. Comme c’est le cas de la nouvelle manière de faire du palais royal, ce sont ses relais médiatiques qui se chargent d’exprimer le fond de sa pensée et de formuler des aveux formels.

Dans un éditorial publié dans le dernier numéro du magazine Telquel, il est clairement expliqué que « devant l’énorme injustice infligée aux frères palestiniens «, le Maroc est rendu » impuissant » par la crainte de perdre le soutien occidental à ses thèses sur la question du Sahara occidental.

Visiblement, le royaume fait face à une forme de chantage et a rapidement fait son choix.

Gaza : le Maroc garde le silence pour ne pas perdre le soutien occidental dans la question du Sahara occidental

Un choix que le journal marocain défend et partage, même s’il parle de « embardées génocidaires ” de ” gouvernement suprémaciste de Benyamin Netanyahu ” OMS ” peut tuer en toute impunité « .

La position du Maroc est « délicat », reconnaît Telquel. Le royaume ne peut ni utiliser la rhétorique du président brésilien Lula da Silva ni engager un débat en sa qualité de président du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, a-t-il déclaré.ous risquez de détruire six décennies d’efforts » dans le cas du Sahara Occidental occupé.

Malgré ” quelques failles dans l’armure », l’Occident soutient toujours Israël et « ne pardonnerait pas au royaume une attaque frontale et décomplexée utilisant des méthodes barbares contraires au droit international de l’État hébreu « .

Ce qui remettrait donc en cause le « acquis » obtenu, ou la reconnaissance du « La marocanité » du Sahara occidental par les États-Unis et Israël et l’alignement sur le plan d’autonomie de pays comme l’Espagne, la Belgique et l’Allemagne, soutient Telquel.

Cet aveu fait, le journal marocain passe à un autre : ce que les autorités marocaines ne peuvent pas dire à haute voix, elles laissent la rue s’exprimer dans les marches de soutien à la Palestine. Et accessoirement les médias relayent, comme ce difficile exercice explicatif que constitue l’éditorial lui-même.

S’il agit ainsi, c’est parce que le Maroc ne désespère pas de se donner le bon rôle en prenant une part active aux négociations à venir après la guerre de Gaza pour s’imposer en » intermédiaire de choix » entre les Occidentaux, les pays arabes et Israël.

Pas sûr toutefois que les choses se passent comme prévu au palais de Rabat. Les Palestiniens d’abord, puis l’ensemble du monde arabe et musulman sauront faire la différence entre la position honorable du peuple marocain et le compromis dont se sont rendus coupables le palais royal et son gouvernement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Israël élimine un autre haut responsable du Hezbollah au Liban