6 startups d’Auvergne-Rhône-Alpes qui font bouger les choses – .

6 startups d’Auvergne-Rhône-Alpes qui font bouger les choses – .
6 startups d’Auvergne-Rhône-Alpes qui font bouger les choses – .

AIS Biotech

AIS Biotech a pour objectif de proposer une nouvelle alternative thérapeutique pour la prévention et le traitement des maladies infectieuses. Certains pathogènes, virus ou bactéries, utilisent des sucres complexes présents à la surface des cellules comme porte d’entrée de l’infection. Grâce à sa plateforme technologique basée sur un procédé de bioproduction éco-responsable de sucres complexes, AIS Biotech développe des biomédicaments capables de tromper ces pathogènes en mimant leurs cibles naturelles et donc en bloquant l’infection. Leur premier candidat médicament « first-in-class », GlycoFlu, cible un problème majeur de santé publique à très fort enjeu économique : les infections par le virus de la grippe. En développant une nouvelle classe de biomédicaments : les leurres anti-infectieux, la startup souhaite contribuer à la lutte en cours contre les infections existantes ou émergentes à risque pandémique.

Thérapeutique Alpioner

Face au fléau des infections résistantes aux antibiotiques, Alpioner Therapeutics développe une plateforme vaccinale à cellules entières pour lutter contre les pathogènes multirésistants, dont Pseudomonas aeruginosa. Un premier candidat vaccin, issu du laboratoire TIMC (Translational and Innovation in Medicine and Complexity) de l’Université Grenoble Alpes, est à l’étude et vise à entrer en expérimentation humaine d’ici fin 2025. Plusieurs étapes de son procédé de biofabrication visent à éliminer la virulence de cette souche vaccinale, tandis que l’ajout d’un plasmide ADN vise à augmenter son immunogénicité et donc sa protection contre l’infection à Pa. Ce candidat vaccin répond à un besoin médical non satisfait, notamment au vu du développement croissant de la résistance aux antibiotiques, et qu’il est urgent de combler étant donné qu’aucun vaccin n’est actuellement disponible sur le marché. Le candidat vaccin d’Alpioner Therapeutics a le potentiel de réduire les infections dans les populations à risque, de réduire la résistance aux antibiotiques et de sauver d’innombrables vies dans les années à venir.

L’élément biotechnologie

Déterminée également à améliorer la santé humaine, la startup The Element Biotechnology – co-fondée en 2021 par Awatef Ben Tahar, PDG – a fait, pour sa part, cerveau THE ELEMENT met fin à son obsession en s’attaquant à la dégénérescence neuronale. Pour cela, elle propose une approche thérapeutique disruptive : la neuroprotection. La solution de THE ELEMENT consiste à cibler les patients Parkinsoniens nouvellement diagnostiqués, c’est à dire aux stades précoces de la maladie, pour bloquer le phénomène de dégénérescence neuronale et donc ralentir voire bloquer la progression de la maladie et empêcher l’aggravation des symptômes au fil du temps.

Et pour cause, bien que dix millions de personnes dans le monde soient touchées par la maladie de Parkinson – un chiffre qui devrait augmenter de 56 % d’ici 2030 – aucun traitement n’a encore été trouvé pour ralentir sa progression. Autant de projets qui illustrent la capacité de la région à générer des solutions innovantes aux grands défis de la santé. santé public et de façonner l’avenir des technologies de santé de pointe.

Héliocité

L’intelligence artificielle trouve également sa place dans les projets des lauréats i-Lab de la région et deux acteurs se distinguent particulièrement dans ce domaine.

Spin-off d’un laboratoire d’excellence du solaire (INES), la startup grenobloise Heliocity, fondée par Emeric Eyraud, utilise cette technologie pour optimiser les performances des installations solaires. Sa plateforme SaaS permet aux propriétaires et exploitants de détecter les anomalies, de quantifier leur impact et de mettre en place des actions correctives ciblées. En s’appuyant sur l’analyse des données en temps réel des installations solaires, cette technologie permet d’identifier les facteurs qui freinent leur performance optimale. Pour débuter son déploiement commercial, Heliocity vient de lancer une campagne de collecte de fonds participatif sur la plateforme Wiseed.

Plus de repos

La startup Morehisto, basée à Meylan, utilise l’IA pour améliorer la précision de diagnostique cancers. Sa solution, baptisée Prognosis, combine l’analyse d’images médicales, de données histologiques et d’informations contextuelles sur les patients pour proposer un diagnostic plus précis et personnalisé. Cette approche permet aux médecins de mieux identifier les caractéristiques des tumeurs et prendre des décisions de traitement plus éclairées.

Xpdeep

Dans ce domaine en plein essor, la startup Xpdeep se distingue par son approche de l’IA « explicable ». Fondée sur cinq années de R&D menées au Laboratoire d’Informatique de Grenoble par Ahlame Douzal et son équipe, Xpdeep a développé un moteur de deep learning dont la particularité est de générer simultanément les tu as un modèle et ses explications pour offrir une transparence sans précédent sur le fonctionnement interne des systèmes d’IA les plus complexes.

Ensemble, ces projets témoignent du dynamisme de la région et de la richesse de l’innovation de son écosystème. Par leur ingéniosité et leur détermination, ces entrepreneurs lauréats du i-Lab – et bien d’autres initiatives ambitieuses et récompensées qui restent à découvrir sur la carte interactive Madd-i-lab – contribuent à relever des défis majeurs en santé publique et à façonner l’avenir des technologies de pointe.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le dépistage des IST devient gratuit et sans ordonnance pour les moins de 26 ans – .
NEXT Le crack et la cocaïne explosent en Suisse et cela s’explique – .