l’hôpital impose à nouveau le port du masque

l’hôpital impose à nouveau le port du masque
l’hôpital impose à nouveau le port du masque

Face à l’augmentation des cas de coqueluche au sein de ses effectifs et en région Auvergne-Rhône-Alpes, l’hôpital de Roanne impose à nouveau le port du masque pour tous les professionnels, patients et visiteurs du centre hospitalier à compter de jeudi 20 juin, jusqu’au 12 juillet inclus.

150 signalements dans la région depuis janvier

Depuis le début de l’année, plus de 150 signalements de cas isolés ou groupés ont été enregistrés dans la région, contre 11 pour l’ensemble de l’année 2023. Les symptômes sont les suivants : quintes de toux, fièvre et parfois vomissements. La bactérie est très contagieuse : une personne infectée la transmet en moyenne à 15 autres personnes. « La circulation des bactéries est importante en ville. Nous exigeons donc que tous les visiteurs de l’hôpital portent un masque pendant 21 jours, période d’incubation de la bactérie”, explique le médecin hygiéniste Benoit Mottet-Auselo.

5 cas parmi le personnel hospitalier, aucun parmi les patients

Au centre hospitalier de Roanne, cinq cas ont été détectés parmi les professionnels de santé : des cas contacts ont été identifiés et tous les patients se sont vu prescrire une antibiothérapie, un traitement visant à détruire la bactérie. Même son de cloche pour les cas contacts. Après trois jours de traitement, la bactérie est considérée comme éradiquée.

Si la coqueluche est considérée comme bénigne pour les adultes, ce n’est pas le cas pour les enfants et les personnes fragiles. Cette semaine, deux nourrissons sont décédés à Montpellier. « La coqueluche ne doit pas être prise à la légère. Les nourrissons de moins de six mois sont fragiles et peuvent être victimes d’un épuisement lié à la toux », ajoute Benoit Mottet-Auselo.

Un appel à la vaccination

Si le vaccin contre la coqueluche est efficace les premières années, l’immunité a tendance à décliner au bout de 5 ans. “Il est donc recommandé de réaliser des rappels tous les vingt ans et tous les 10 ans à partir de 65 ans” ajoute le médecin. Depuis plusieurs semaines, le nombre d’appels au Centre Hospitalier pour se faire vacciner se multiplie. Benoit Mottet-Auselo ajoute : “il est aussi possible de se faire vacciner en pharmacie, sans ordonnance”. Le médecin rappelle également l’importance pour les parents et l’entourage des enfants de se faire vacciner ou de faire un rappel. “Au moindre symptôme, n’hésitez pas à appliquer les gestes barrières et à porter un masque pour ne pas faire proliférer les bactéries” conclut le médecin.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le moustique tigre prêt à gâcher les vacances et les Jeux olympiques ? : Actualités – .