La Fondation Orange et le centre d’accueil Paul Rabaut de Nîmes au Festival de Sainte-Enimie

La Fondation Orange et le centre d’accueil Paul Rabaut de Nîmes au Festival de Sainte-Enimie
La Fondation Orange et le centre d’accueil Paul Rabaut de Nîmes au Festival de Sainte-Enimie

Depuis 2022, la Fondation Orange soutient le foyer Paul Rabaut à travers différents projets dont un soutien pédagogique auprès des jeunes.

Le festival du livre et de la bande dessinée de Sainte-Enimie a intérêt à se bien tenir. L’histoire d’amour dure depuis plus de deux ans entre la Fondation Orange et le centre d’accueil Paul Rabaut de Nîmes, un établissement social accueillant 164 jeunes. Dans quelques semaines, ils présenteront au grand public leur dernier projet : une bande dessinée.

Aide financière au soutien éducatif des jeunes

« Nous avons initié un double projet, d’abord avec une dotation de 6 000 € pour l’informatique, puis avec une nouvelle dotation de 10 000 € liée à un projet coup de cœur », explique Sylvie Meslin Saint-Jean, déléguée mécénat et solidarité de la Région Occitanie au sein de la Fondation Orange. Ces initiatives visaient à doter les jeunes du Centre d’accueil des outils numériques nécessaires à leur éducation et à leur épanouissement personnel.

Au-delà de ce soutien financier, une mise en relation a été établie avec l’association Enimie BD (Lozère) afin de créer une bande dessinée. Un projet collectif réunissant les jeunes du Centre d’accueil sous la houlette de l’auteur de bande dessinée Alain Peticlerc. «C’était un travail de scénario commun. Chacun a apporté ses idées, ses dessins. J’ai apporté mon professionnalisme, eux leur fraîcheur. Le résultat est fantastique et voir leur fierté de présenter leur album est une immense satisfaction”souligne-t-il.

“Nous ne savions pas tous ce qu’était une bande dessinée”

Les efforts de tous ces jeunes ne sont pas vains puisque leur travail sera mis en valeur lors du prochain festival du livre et de la bande dessinée de Sainte-Enimie (29 et 30 juin), où seront exposées leurs planches. Philippe Cogoluègne, président d’Enimie BD, commente : « Ces jeunes sont partis de rien, mais leur travail montre que la bande dessinée est un merveilleux véhicule d’expression. Ils auront une place à part pendant le festival, avec des séances de dédicaces de leurs propres BD. »

Alors évidemment, pour Michigan, l’un des jeunes participants, c’est une grande fierté. «C’est une expérience formidable!»dit le jeune homme avec un sourire aux lèvres. « On ne savait pas forcément tous ce qu’était une bande dessinée, puis un auteur est venu nous aider pendant quelques jours. Nous avons tous contribué au scénario. Au début, nous ne nous connaissions pas et à la fin, nous étions tous unis.» Une histoire de solidarité et de réussite qui inspirera sans aucun doute d’autres initiatives similaires à l’avenir.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le crack et la cocaïne explosent en Suisse et cela s’explique – .