les deux militants se sont détendus

les deux militants se sont détendus
les deux militants se sont détendus

Le tribunal judiciaire de Lyon a relaxé, faute « d’éléments constitutifs du délit », les deux militants de la Riposte Alimentaire qui avaient pulvérisé le tableau Printemps par Claude Monet au Musée des Beaux-Arts de Lyon, le 10 février.

Le Figaro Lyon

Dans une décision rendue ce mardi, le tribunal judiciaire de Lyon a relaxé les deux militants de la Riposte alimentaire qui avaient arrosé de soupe le tableau de Claude Monet Le Printemps au Musée des Beaux-Arts de Lyon le 10 février. Selon le journal Progrès les juges ont considéré « que les éléments constitutifs de l’infraction ne sont pas établis » de condamner les deux jeunes femmes âgées de 20 et 23 ans.

Le 21 mai dernier lors de l’audience, leurs avocats avaient plaidé la relaxe, assurant que le choix du tableau avait été délibéré, celui-ci étant le seul protégé par une vitre dans la salle. « Ils ont ciblé ce tableau pour dire : ‘Ce sera notre dernier printemps si nous n’agissons pas.’ Si nous n’agissons pas, les peintres n’auront plus rien à peindre. a plaidé l’un de leurs deux avocats, Maître Griottier, demandant sa relaxe.

Dommages estimés à 2200 euros

De son côté, le procureur de la République avait souligné « l’égoïsme d’une cause et son expression qui omet d’autres intérêts comme l’accès à la culture pour tous ». Et a dénoncé une action « aveugle, immature et inconsidéré » dans « une démocratie où il existe bien d’autres moyens d’expression pour se faire entendre » demandant une peine de deux mois de prison avec sursis.

La ville de Lyon, qui n’était pas représentée à l’audience, avait demandé un euro symbolique aux deux jeunes femmes, tandis que les réparations de la charpente, seul élément endommagé par ce jet de soupe, étaient estimées à 2.200 euros.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le crack et la cocaïne explosent en Suisse et cela s’explique – .