la population veut boycotter le Festival Mawazine à cause de la guerre à Gaza

la population veut boycotter le Festival Mawazine à cause de la guerre à Gaza
la population veut boycotter le Festival Mawazine à cause de la guerre à Gaza
En 2020, le Maroc a normalisé ses relations avec Israël. Mais en raison de la récente guerre, l’appel à un changement de cap se fait de plus en plus fort.

Tags: Maroc, Festival Mawazine, Gaza, Israël, Palestine, crimes de guerre, génocide,

Au Maroc, les gens attendent avec impatience le début du festival Mawazine, un événement musical annuel dans la capitale Rabat, avec des sentiments mitigés. Les critiques estiment qu’il est inapproprié pour le gouvernement d’organiser un festival alors que la guerre à Gaza se poursuit. Lors d’une période de questions, le Premier ministre Aziz Akhannouch a défendu le choix du gouvernement marocain de poursuivre le festival la semaine prochaine.

Plus la guerre à Gaza durera, plus la pression sur le gouvernement actuel sera forte. Lors de l’heure des questions hebdomadaire au Parlement, le Premier ministre marocain a été accusé d’être invisible lorsqu’il s’agit de critiquer Israël. Les critiques estiment qu’il serait inapproprié d’assister à un spectacle de Nicki Minaj alors que la violence continue de faire rage à Gaza.

“Libérez-nous de la honte du Maroc qui danse sur les blessures de ses frères palestiniens”, a déclaré le parlementaire Bouanou du parti d’opposition PJD. Le Premier ministre a répondu que le gouvernement marocain faisait de son mieux pour mettre fin à la guerre à Gaza. « Les Marocains ne dansent pas sur les souffrances de nos frères palestiniens et ne se soucient pas de ce qui se passe à Gaza. »

Normalisation des liens avec Israël

Depuis le début de la guerre à Gaza, les Marocains descendent chaque semaine dans la rue pour manifester. Au début, il y avait surtout des appels au cessez-le-feu, mais les critiques des manifestants visent de plus en plus la politique du gouvernement marocain. Par exemple, des manifestants ont récemment scandé des slogans pour boycotter le festival Mawazine : « De quoi as-tu besoin, Palestine ? Les fêtes et Mawazine ? Le peuple ne veut pas de Mawazine ! »

En 2020, le pays d’Afrique du Nord a normalisé ses relations avec Israël après 18 ans. Mais en raison de la récente guerre, l’appel à remédier à cette situation se fait de plus en plus fort. Un récent sondage de l’institut de recherche Arab Barometer montre que seulement 13 pour cent de la population marocaine soutient encore la normalisation. Il y a deux ans, ce chiffre était encore de 31 pour cent.

Dans la capitale Rabat, la plupart des manifestations ont lieu juste devant le Parlement. Chaque mardi et vendredi, un petit groupe de participants manifestent contre la guerre à Gaza. De grandes actions sont régulièrement organisées le week-end, attirant toujours des dizaines de milliers de personnes.

Le mouvement de protestation est une coalition de partis politiques, d’organisations et de militants qui ne sont pas des alliés naturels sur d’autres questions importantes. D’un côté, il y a les islamistes issus, entre autres, de l’ancien parti au pouvoir, le PJD, et de l’autre extrême, les partis et militants de gauche.

Le militant des droits de l’homme Sion Assidon (76 ans) a déjà rejoint le mouvement de protestation national en 2020. Selon lui, le fait qu’il soit d’origine juive n’a aucune importance, il se considère comme un citoyen marocain étudiant contre l’injustice. « La situation est critique, les gens meurent de faim et il y a un manque de soins, ce qui entraîne encore plus de décès », déclare Assidon.

Silencieux

Il n’est pas prudent pour les militants de manifester. A Salé, treize membres du Front national de soutien à la Palestine et contre la normalisation (FNSP) ont dû comparaître devant le tribunal en mars en raison d’une manifestation dans une succursale de la chaîne de magasins Carrefour. Selon le ministère de la Justice, il s’agissait d’une manifestation illégale, mais les militants y voient une tentative de faire taire leur mouvement de protestation.

Avant le début de la guerre à Gaza, la décision du Maroc en 2020 de normaliser ses relations avec Israël était déjà un sujet controversé au sein de la population. Ce pays d’Afrique du Nord s’est imposé sur la scène mondiale ces dernières décennies comme un champion de la cause palestinienne. De plus, le roi du Maroc est président du Comité Al-Quds, un partenariat qui veille à ce que les pèlerins maintiennent l’accès aux lieux saints de Jérusalem.

Selon Zakaria Aboudahab, professeur de relations internationales, il est peu probable que le gouvernement marocain cède aux pressions. Selon lui, la normalisation a également progressé dans le conflit contesté du Sahara occidental, que le Maroc considère comme son territoire. Les États-Unis et Israël ont reconnu la région comme territoire marocain. « Cette reconnaissance a permis aux pays européens d’adopter plus facilement une solution marocaine au conflit. »

Le festival Mawazine va se poursuivre, mais cela ne veut pas dire que le gouvernement soit insensible au ressenti des manifestants. Si la protestation continue et s’élargit, le gouvernement devra faire quelque chose. Le fait que des manifestations aient eu lieu dans divers endroits du pays depuis sept mois est extraordinaire selon les normes marocaines. Le gouvernement ne continuera donc pas à suivre de près les manifestations sans tension.

Source : NOS (Pays-Bas)

#Maroc #Festival #Mawazine #Chanson #Israël #Gaza #Palestine

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nouvelles personnes éligibles au traitement de la fibrose kystique – .
NEXT Cette solution pour éloigner les moustiques de votre jardin est incroyable et bénéficie d’une remise exceptionnelle – .