Vie courante. Indice crème, peau déjà bronzée… les idées reçues sur la protection solaire

Vie courante. Indice crème, peau déjà bronzée… les idées reçues sur la protection solaire
Vie courante. Indice crème, peau déjà bronzée… les idées reçues sur la protection solaire

Les vacanciers envahiront bientôt les plages et profiteront du soleil. Même si l’importance de se protéger des rayons UV se répète chaque année, de nombreuses idées fausses subsistent concernant l’exposition au soleil et la protection solaire.

A l’occasion de la 27e édition de la semaine de prévention et de sensibilisation au dépistage ciblé des cancers de la peau, le Syndicat national des dermatologues vénéréologues (SNDV) alerte les Français sur les risques liés à l’exposition solaire, naturelle ou artificielle. Car chaque année, 100 000 nouveaux cas de cancer de la peau sont détectés. 1 800 personnes meurent chaque année du mélanome, même si, s’il est détecté et traité à temps, il est guérissable.

Il est donc essentiel de rappeler pourquoi il est important de protéger sa peau du soleil, même si 74 %

des Français déclarent ne pas se protéger systématiquement du soleil lors de leurs loisirs de plein air ou de leurs activités sportives, selon une enquête Ipsos 2023. Quel indice utiliser ? Peut-on avoir un coup de soleil même s’il y a des nuages ​​? Nous vous aidons à démêler les faits de la fiction.

Appliquer de la crème solaire empêche de bronzer FAUX.

” C’est faux. La crème solaire n’offre jamais une protection à 100 % et les rayons UV ne sont jamais bloqués à 100 %. On bronze progressivement, certes, mais on évite d’accélérer le vieillissement de la peau », note Catherine Gaucher, dermatologue. C’est un peu comme un filtre. Bien sûr, à exposition égale, on reçoit plus d’UV sans protection, mais cela brûle surtout plus la peau que nous ne bronzons.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs. En cliquant sur” J’accepte ” des cookies et autres traceurs seront placés et vous pourrez visualiser le contenu

(Plus d’information). En cliquant sur“J’accepte tous les cookies”

vous autorisez le dépôt de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix
J’accepte
J’accepte tous les cookies

Prendre des compléments alimentaires (ou faire des soins UV) permet de protéger sa peau du soleil FAUX.

« Les compléments alimentaires ne protègent pas la peau des rayons UV, mais aident à préparer la peau, car ils permettent aux cellules de disposer de tous les éléments (vitamines, oligo-éléments) dont elles ont besoin pour mieux produire le pigment mélanique et mieux le répartir. On peut aussi manger des fruits et légumes aux couleurs jaune, orange et rouge qui contiennent du bêta-carotène, des vitamines C et E aidant la peau à se préparer », note le dermatologue. Attention, ils ne remplacent pas la protection solaire, obligatoire au soleil.

En revanche, les rayons UV ne préparent ni ne protègent la peau du soleil et sont même déconseillés car ils sont tout aussi dangereux que les rayons UV naturels pour notre peau.

Vous pouvez avoir un coup de soleil même s’il y a des nuages VRAI.

Les rayons du soleil continuent de traverser les nuages ​​et de toucher la peau comme par temps ensoleillé. La différence est que, comme le vent, les nuages ​​apporteront une sensation de fraîcheur nous rendant moins méfiant. “On peut très bien attraper un coup de soleil si l’on est en Bretagne avec un vent froid et une mer à 15 degrés”, ajoute Catherine Gaucher.

Les personnes à la peau foncée (ou déjà bronzées) n’ont pas besoin de protection FAUX.

“C’est vrai que lorsqu’on a la peau foncée, on brûle moins vite, on le remarque donc moins vite et on peut être tenté de ne rien porter”, confirme la dermatologue, qui conseille néanmoins de toujours se protéger. avec une crème solaire « un facteur 20 ou 30 suffit ». Tout comme lorsque l’on est déjà bronzé, on continue à se protéger car l’exposition au soleil favorise le vieillissement cutané.

Vous pouvez attraper un coup de soleil même à l’ombre VRAI.

Même à l’ombre d’un parasol ou d’une tente, vous pouvez attraper un coup de soleil. « Selon le type de toile ou de tissu du parasol, le soleil peut passer. Si nous sommes à la plage, le reflet du soleil sur l’eau et le sable permet aux rayons UV d’atteindre notre peau”, souligne le spécialiste. Même à l’ombre, doublez la protection et appliquez de la crème.

Une crème hydratante avec protection solaire suffit Vrai et faux.

Il existe de nombreuses crèmes hydratantes ou crèmes teintées contenant un SPF 15, 20 ou 25. « C’est suffisant pour lutter contre le vieillissement cutané dans la vie quotidienne normale, en ville, dans un climat tempéré, mais pas suffisant si l’on est au bord de la piscine ou à la plage», prévient Catherine Gaucher.

Plus l’indice de protection solaire est élevé, moins il sera nécessaire d’en réappliquer FAUX.

Le SPF est une mesure utilisée pour évaluer l’efficacité d’un écran solaire contre les rayons ultraviolets B (UVB), responsables des coups de soleil. Une crème avec SPF 50 bloque environ 98 % des rayons UVB et une crème avec SPF 30 bloque environ 96 % des rayons UVB. Avant tout, vous devez choisir l’indice de protection en fonction de votre peau, claire ou foncée. En revanche, vous devez appliquer votre crème à la même fréquence, quel que soit l’indice, soit environ toutes les deux heures.

Avoir un coup de soleil de temps en temps n’est pas graveFAUX

. “Quand on a un coup de soleil sur une zone donnée de la peau, ça prend dix ans d’affilée, c’est une brûlure, la peau aura des séquelles à vie”, prévient le spécialiste. De plus, plus la peau est exposée aux coups de soleil, plus le processus de réparation de la peau s’épuise. Un coup de soleil n’est jamais anodin, encore plus pendant l’enfance. Soyez encore plus prudent avec le soleil, notamment sur la peau des jeunes.

Source : Enquête syndicale Ipsos 2023 portant sur un échantillon national représentatif de la population française de 1 000 personnes âgées de 18 ans et plus, du 25 au 26 mai 2023, méthode des quotas.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV comment le paludisme nous est arrivé – .
NEXT La santé des enfants d’abord