5 choses à savoir sur la 29e édition, du 14 juin au 6 juillet

5 choses à savoir sur la 29e édition, du 14 juin au 6 juillet
5 choses à savoir sur la 29e édition, du 14 juin au 6 juillet

Les beaux jours sont là et marquent l’ouverture du Festival de Marseille. Danse, performances, concerts, films… À l’affiche, une trentaine de propositions artistiques, dont de nombreuses créations et spectacles présentés pour la première fois en France ou en Europe.

Découvrir la programmation du Festival de Marseille, c’est embarquer pour un voyage artistique passionnant à travers le monde, tout en gardant les pieds ancrés dans la cité marseillaise. « Enraciné dans la ville qui l’inspire et ouvert sur le monde qui l’entoure » souligne Marie Didier, directrice de cet événement prolifique qui fait de la création son pilier essentiel. Voici 5 choses à savoir sur cette nouvelle édition.

>>

L’affiche 2024 de ce festival hybride et itinérant

© Photographie Léa Magnien et Quentin Chantrel – Collectif Lova Lova – Graphisme Floriane Ollier

Un festival de danse, mais pas que

Si la danse occupe toujours une place centrale, avec la présence des plus grands chorégraphes comme Robyn Orlin, Anne Teresa de Keersmaeker, Emanuel Gat, (LA) HORDE, The Belfast Ensemble…, le public pourra également profiter de performances, de films, des concerts, des DJ sets et même un karakoé géant. Deux tables rondes sont également au programme.

>
>

Des performances sont également présentées comme « L’ère de nos idées », une exploration joyeuse et singulière du (supposé) fossé intergénérationnel.

© Cie Yan Duyvendak

Au total, 55 performances et 31 propositions artistiques, reflets d’un festival hybride qui s’efforce de repousser les frontières de l’art et d’ouvrir de nouveaux horizons.

L’événement affiche aussi, plus que jamais, sa dimension internationale. Talents reconnus ou émergents, les artistes viennent de 15 pays et les 2/3 des spectacles viennent d’Europe du Nord, d’Afrique, du Moyen-Orient ou d’Inde.

Robyn Orlin et Khalil Epi ouverture le 14 juin

La chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin est de retour à Marseille avec un spectacle intitulé ...Comment peut-on fleurir dans le désert de sel... (Comment fleurir dans un désert de sel) qui interroge les mécanismes de la violence.

A bientôt 70 ans, ce « rebelle fantastique » à l’humour inoxydable affiche un engagement intact contre le racisme, les inégalités et la pauvreté. Sa nouvelle création, mélange de fiction et de réalité, a été imaginée avec deux musiciens et les danseurs du Garage Dance Ensemble, basé à Okiep, ancienne ville minière qui concentre à elle seule l’histoire de l’Afrique du Sud colonisée.

>« …Comment peut-on fleurir dans le désert de sel… » par Robyn Orlin
>

« …Comment peut-on fleurir dans le désert de sel… » par Robyn Orlin

© Thabo Pule

Autre spectacle d’ouverture : Aïchoucha de l’artiste tunisien Khalil Epi. Un spectacle immersif qui embarquera les spectateurs dans un voyage unique à travers son pays natal. Fusionnant musique électro et vidéo – images tournées dans différentes régions de Tunisie –, elle construit un pont entre passé et présent, tradition et création. Le titre est un doux hommage à sa grand-mère Aïcha, qui lui chantait autrefois des berceuses sfaxiennes…

>
>

« Aïchoucha » est un voyage à la fois sonore et cinématographique

© Hamza Bennour

Et pour clôturer la soirée d’ouverture, un autre voyage musical sera proposé par DJ Benjemy. Issu de la scène underground tunisienne, il livrera un set à la confluence des sonorités électroniques et des musiques ethniques…

7 créations, 5 premières françaises et européennes

Outre la pièce de Robyn Orlin, plusieurs créations pourront être découvertes lors du festival. Deux d’entre eux sont directement inspirés de la ville marseillaise. Donc, Sonate de la Liberté d’Emanuel Gat est une ode à cette ville cosmopolite, méditerranéenne et ensoleillée. Le chorégraphe, qui se définit comme « un enfant de la Méditerranée », a choisi de vivre et de créer à Marseille. Pour célébrer ses 30 ans de chorégraphie et d’exploration musicale, il met en scène onze danseurs sur des musiques de Beethoven et Kanye West.

>
>

« Sonate de la Liberté » une sonate en trois mouvements inspirée de Marseille

© JULIA GAT

Avec (f)riou(l), un opéra maritime, c’est une expérience rare et insolite qui sera proposée au public. Fasciné par la beauté et l’atmosphère unique des îles marseillaises, le compositeur et metteur en scène Benjamin Dupé a imaginé un opéra en pleine nature, dans l’anse de Morgiret dans le Frioul. Artistes sur les rochers, spectateurs dans les petits bateaux, la musique embrasse la terre et les vagues. Et la nature devient la scène…

Signe de l’attractivité du festival, plusieurs spectacles y sont présentés pour la première fois. Première en Europe pour Nafaq 4 : étendre davantage du collectif Nafaq et FaSL par Nivine Kallas. Et d’abord en France pour Le Ciment d’Armonia et d’Invention par Anne Teresa de Keersmaeker et Radouan Mriziga ; Pendant que nous sommes ici par Lisa Vereertbrugghen ; Et Pina, mon amour par Bassam Abou Diab.

>
>

« Pina, My Love » du chorégraphe et danseur libanais Bassam Abou Diab est présenté pour la première fois en France.

© Andrea Caramelli

Un événement engagé, inclusif et solidaire

Être accessible au plus grand nombre, c’est la volonté du festival qui maintient son tarif unique à 10 € et propose une billetterie solidaire à 1 € pour les personnes en situation de précarité ou en situation de handicap.

Parallèlement, l’inclusivité est au cœur de sa démarche : « Tous les corps sont visibles sur les scènes du Festival » rappelle l’équipe, qui développe des projets inclusifs toute l’année, en partenariat avec de nombreuses structures médico-sociales.

Elle propose des ateliers de pratique artistique mêlant personnes handicapées et non handicapées et travaille avec des jeunes issus d’un parcours scolaire.

>
>

« Anda, Diana » : l’artiste Diana Niepce, paralysée après un grave accident, a fait de sa reconstruction une force créatrice

© ALIPIO PADILHA

Parmi les spectacles programmés cet été, 15 sont accessibles aux personnes sourdes et malentendantes et 6 aux malvoyants, grâce à divers dispositifs (traduction en langue des signes, gilets vibrants, audiodescription, souffleurs d’images, etc.).

Enfin, le festival soutient plusieurs associations humanitaires, comme La Cloche, Navire Avenir et SOS Méditerranée.

18 emplacements dans toute la ville

Fidèle à son esprit nomade, le festival s’étend du nord au sud et investit pas moins de 18 lieux : du Théâtre La Sucrière à la Cité Radieuse en passant par Le ZEF, KLAP Maison pour la danse, la Friche la Belle-de-Mai. , Scene44, le studio La Zouze, le Parc Longchamp, le Théâtre de la Joliette, le Centre de la Vieille Charité, la place Major, l’Alcazar-BMVR, le cinéma Artplexe Canebière, le Mucem, la Place Bargemon, le Théâtre de La Criée, le Ballet National de Marseille ou l’Archipel du Frioul…

Fête de Marseille
Du 14 juin au 6 juillet
>> Toute la programmation

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un pas en avant pour les seniors – .
NEXT Le crack et la cocaïne explosent en Suisse et cela s’explique – .