Accusée de transphobie, JK Rowling regrette de ne pas s’être prononcée « plus tôt » sur la transidentité

Accusée de transphobie, JK Rowling regrette de ne pas s’être prononcée « plus tôt » sur la transidentité
Accusée de transphobie, JK Rowling regrette de ne pas s’être prononcée « plus tôt » sur la transidentité

Malgré les accusations de transphobie qui lui sont adressées, JK Rowling persiste et signe. L’auteur de la saga Harry Potter a dit regretter de ne pas s’être prononcée “plus tôt” sur la transidentité dans un texte publié mercredi dans le Times.

L’auteure de 58 ans, qui vit à Édimbourg, a pris de nombreuses positions depuis 2018, estimant que les droits des femmes peuvent être menacés par certaines revendications des défenseurs des droits des personnes transgenres. « J’ai parlé parce que sinon j’aurais eu honte pour le reste de ma vie. Mon seul regret est de ne pas avoir parlé beaucoup plus tôt”, écrit-elle dans un extrait du recueil de textes : “Pourquoi j’ai décidé de défendre les femmes.”

Elle explique qu’elle en est venue à croire que « le mouvement sociopolitique insistant sur le fait que les femmes trans sont des femmes n’était ni bienveillant ni tolérant, mais en fait profondément misogyne, régressif, dangereux dans ses objectifs et autoritaire dans ses tactiques. » Elle dit avoir suivi ce combat de loin au début, ses proches « la suppliant de ne pas en parler », mais ayant résolu de « parler ».

JK Rowling est particulièrement soucieuse de permettre aux femmes transgenres d’accéder aux vestiaires, toilettes ou centres d’accueil unisexes.

Si elle nie toute transphobie, les polémiques suscitées par ses prises de position ont terni pour certains son aura d’écrivaine d’origine modeste qui a connu un succès mondial – plus de 600 millions de livres vendus – avec son monde de sorciers d’école.

Il a été visé par des appels au boycott, comme en 2023 lors de la sortie d’un jeu vidéo inspiré d’Harry Potter. Les acteurs qui ont joué dans les adaptations de la saga ont pris leurs distances comme Daniel Radcliffe, qui incarne le jeune sorcier, et s’est récemment dit « attristé » par sa rupture avec l’auteur.

Evoquant ces polémiques, JK Rowling affirme que “personne ayant vécu une vague de menaces de mort et de viol ne vous dira que c’est amusant”, et critique également le manque de “pensée critique” au sujet de la transidentité. “Je crois que nous assistons à la plus grande attaque de ma vie contre les droits de nos ancêtres, qu’ils pensaient garantir à toutes les femmes”, a-t-elle déclaré.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV comment le cerveau apprend de la peur et de l’échec
NEXT Le Félix Show a fêté ses 20 ans avec Marc-Olivier Poingt