6 étudiants mahorais « au chapeau et aux m’biwis » à Marseille

6 étudiants mahorais « au chapeau et aux m’biwis » à Marseille
6 étudiants mahorais « au chapeau et aux m’biwis » à Marseille

C’est le numéro 4ème Cette année-là, l’association Sisygambis-les 7 Portes a invité une poignée d’étudiants de l’Université de Mayotte en résidence artistique à La Friche la belle de mai, haut lieu des arts en tout genre à Marseille. Cet échange est le fruit d’un partage régulier et fructueux entre l’association et le centre culturel de l’université. Les 6 étudiants choisis sur lettre de motivation ont la chance cette année de participer à la première édition du festival La 1.temps, créé par France Télévision pour mettre en lumière les cultures d’outre-mer. En « brigade mayotte », ils ont composé un menu typiquement mahorais pour la clôture du festival La 1temps qui a eu lieu ce mercredi 29 mai au soir. C’est ce qu’ont goûté les clients du restaurant Les Grandes Tables, dont le chef Yas a « coaché ​​» les étudiants.

La « Brigade de Mayotte » a composé un menu typiquement mahorais ce mercredi 29 mai au soir pour la clôture du festival le 1er

Elles poursuivent désormais leur aventure musicale puisque les filles du groupe présenteront au public des ateliers m’biwis les 30, 31 et 1er mai.euh Juin pour le festival La Friche la belle de mai, un groupe de m’biwis de Marseille. Le seul garçon du groupe, qui ne souhaite pas danser, assistera la vidéaste Christine Coulange, présidente de l’association Sisygambis-les 7 portes, dans sa réalisation de vidéos. Cette dernière se rend très régulièrement à Mayotte pour des échanges culturels, initialement motivée par son travail artistique et ethnologique sur les musiques de transe. « Nous avons noué des liens avec le CUFR de Mayotte en 2016 et cela fait maintenant 5 ans que nous proposons des Masterclass itinérantes aux étudiants mahorais », se souvient-elle.

Favoriser la mobilité étudiante et valoriser la culture mahoraise

L’exposition photo « Océans-Indiens Atlantique Pacifique » de Christine Coulange a été projetée sur les vitrines du restaurant Les Grandes Tables lors du Festival La 1ère.

« Cette master class permet de favoriser la mobilité des étudiants mahorais et de promouvoir la culture mahoraise en France et dans d’autres territoires », précise Jean-Louis Rose, le directeur du centre culturel de l’Université de Mayotte. « Cette politique d’ouverture culturelle est celle que nous souhaitons développer », insiste-t-il. Si le festival La Friche la belle en mai permet aux étudiants de découvrir les arts en tout genre (spectacle vivant, arts visuels, musique et autres), le festival le 1temps leur a permis de s’ouvrir à la culture des autres territoires français d’outre-mer. Christine Coulange a également projeté son exposition « Océans – Indien, Atlantique, Pacifique » sur les vitrines du restaurant Les Grandes Tables durant le festival.

L’artiste numérique a également encouragé cette année les étudiants mahorais à documenter, voire à créer des pages Wikipédia concernant différents aspects de la culture mahoraise. « Il y a très peu de choses sur la culture mahoraise sur le web », déplore-t-elle. La contribution des étudiants cette année permettra d’avoir au moins celles sur le M’biwis et la cuisine, les deux aspects mis en avant cette année par les deux festivals entrelacés !

NG

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Elle découvre un cobra dans son colis Amazon