voyage au jardin secret de Cho Sung-Hee

La complexité de la création n’a d’égale que la pureté simple et essentielle de la vision. Chaque tableau de Cho Sung-Hee demande des centaines d’heures de travail, mais au final, la magie naît de l’harmonie des compositions, de la puissance expressive de leurs couleurs. L’artiste coréenne puise son inspiration dans la nature. Loin de tout mimétisme, elle cherche à en traduire la beauté et l’énergie à travers le prisme de la mémoire. Chacune de ses œuvres est un paysage mental, qui ouvre une fenêtre sur sa mémoire.

Créations inédites

Originaire de Jeonju, Cho Sung-Hee a grandi dans une maison traditionnelle coréenne (hanok), avec un père amoureux de la nature et une mère qui l’encourageait à colorer les murs avec des dessins de fleurs. La sérénité de leur jardin, ses senteurs ne l’ont jamais quittée. Il s’en nourrit aujourd’hui, dans des visions abstraites, plus joyeuses que nostalgiques.

Cho Sung-Hee, Violet Garden, 2023, papier mûrier et huile sur toile, 162,2 x 130,3 cm ©Hwang Jung-Wook

Dans le vaste espace d’Opera Gallery, l’artiste dévoile une trentaine de nouvelles œuvres, réalisées entre 2023 et 2024. Présente dans de nombreuses collections publiques et privées, Cho Sung-Hee a étudié les beaux-arts à l’université de Hongik et à l’université des femmes d’Ewha à Séoul, puis à le Pratt Institute de New York et l’Art Institute de Chicago. Elle est peintre, mais flirte avec la sculpture. Certaines pièces de l’exposition sont de petites architectures qui impliquent assemblage, collage, tissage… Quant à ses peintures, qui constituent l’essentiel de l’exposition, elles s’épanouissent en trois dimensions.

Cho Sung Hee, Blossom With Stars In The Rhythm A, 2024, papier de mûrier et huile sur bois, 54 x 23,5 x 22 cm ©Hwang Jung-Wook

Cho Sung Hee, Blossom With Stars In The Rhythm A, 2024, papier de mûrier et huile sur bois, 54 x 23,5 x 22 cm ©Hwang Jung-Wook

Variations sur le même thème

Le processus qui régit leur création est toujours le même. L’artiste découpe à la main des milliers de petites pastilles de papier hanji – celui qui orne les portes et fenêtres des maisons traditionnelles coréennes –, fabriqué à partir d’écorce de mûrier. Le résultat est une infinité de pétales qui, une fois imprégnés de pigments à l’huile, sont collés, un à un, sur autant de tiges de longueurs différentes, fixées sur la toile.

Vue de l'exposition « Cho Sung-Hee. Jardin suspendu » à Opera Gallery du 24 mai au 26 juin 2024 © Opera GalleryVue de l'exposition « Cho Sung-Hee. Jardin suspendu » à Opera Gallery du 24 mai au 26 juin 2024 © Opera Gallery

Vue de l’exposition « Cho Sung-Hee. Jardin suspendu » à Opera Gallery du 24 mai au 26 juin 2024 © Opera Gallery

Cho Sung-Hee conçoit de véritables « tapis végétaux » qui, accrochés au mur et vus de loin, peuvent évoquer des parterres de fleurs, ou la canopée de forêts imaginaires que l’on observerait du ciel. La technique est immuable, mais les œuvres sont toutes différentes. L’artiste joue avec les formes rondes dessinées par les reliefs. Alternativement juxtaposés, superposés ou entrelacés, ils créent des effets d’ombre et de lumière, des valeurs et des contrastes toujours changeants, selon le point de vue.

Dans la profondeur des couleurs

Cho Sung-Hee est également un coloriste subtil. Les tons pastel dominent la tenture – blanc cassé, rose pâle, orange… –, rehaussés ici et là de pointes plus vives, parfois dorées. Certaines toiles sont multicolores, mais c’est sans doute à travers le monochrome que s’exprime toute la puissance de son œuvre. Devant les grands « jardins » rouges, verts, violets ou violets, le spectateur est immergé dans la profondeur et l’intensité de la couleur, comme il peut l’être face à un monochrome bleu d’Yves Klein. “ Mon jardin est ma prière intérieure pour retourner au paradis de mon enfance », confie Cho Sung-Hee. Représentée depuis dix ans par Opera Gallery, sa nouvelle exposition est la promesse d’un instant suspendu, d’une parenthèse de douceur et de poésie.

Cho Sung Hee, Black With Green Blossom White Stars, 2019, papier mûrier et huile sur toile, 130 x 97 cm ©Hwang Jung-WookCho Sung Hee, Black With Green Blossom White Stars, 2019, papier mûrier et huile sur toile, 130 x 97 cm ©Hwang Jung-Wook

Cho Sung Hee, Black With Green Blossom White Stars, 2019, papier mûrier et huile sur toile, 130 x 97 cm ©Hwang Jung-Wook

« Cho Sung-Hee. Jardin suspendu »
Galerie Opéra, 62 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris
Du 24 mai au 26 juin

Analyse commentée – Cho Sung-Hee
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Valady. Jean Couet-Guichot et Gaya Wisniewski, deux artistes en résidence dans la région