Alain Guiraudie chez lui à la Cinémathèque de Toulouse et au Nouveau Printemps

Alain Guiraudie chez lui à la Cinémathèque de Toulouse et au Nouveau Printemps
Alain Guiraudie chez lui à la Cinémathèque de Toulouse et au Nouveau Printemps

l’essentiel
Artiste associé de l’édition 2024 du Nouveau Printemps qui se concentrera à son tour sur un quartier de la ville, le cinéaste Alain Guiraudie sera également présent à la Cinémathèque de Toulouse à travers deux belles programmations.

A Cannes, le réalisateur Alain Guiraudie se sent presque chez lui ! Il faut dire que le garçon, originaire du Sud-Ouest, fréquente la Croisette et ses compétitions depuis longtemps. Trois fois à la Quinzaine des Cinéastes pour « Ce vie ancien rêve qui mouvement » (2001), « Pas de repos pour les braves » (2003) et « Le Roi de l’évasion » (2009), récompensé par le Prix de la mise en scène en 2013 dans la section Un certain regard pour « L’Inconnu du lac » et en compétition officielle en 2016 avec « Rester vertical ». Il présente cette année « Miséricorde », sorti mercredi 20 mai, que - définit, à l’envi, comme suit : « un thriller gourmand comme une omelette aux champignons » ou « un thriller érotique sans acte sexuel ».

C’est à ce cinéaste, abonné de longue date à Cannes mais pas forcément à ses soirées endiablées, que la Cinémathèque de Toulouse, et, concomitamment, le festival d’art contemporain Le Nouveau Printemps (30 mai au 30 juin au quartiers Carmes/Saint-Étienne), a décidé de lui rendre hommage en juin.

Filmographie à voir ou revoir

Au début des années 2000, la critique découvre le cinéma atypique d’Alain Guiraudie – originaire de Villefranche-de-Rouergue, il y a près de 60 printemps – grâce au moyen métrage « Du Soleil pour les gueux » (1999). « Situé entre le western moderne et le conte philosophique explique Franck Lubet, responsable de la programmation à la Cinémathèque de Toulouse, son œuvre se caractérise aussi par la volonté de représenter la classe ouvrière à l’écran, comme en témoigne « Ce vieux rêve qui « bouge » (2000), Prix Jean Vigo en 2001. Sans rien perdre de sa singularité, le réalisateur s’oriente ensuite vers le long métrage.

« No Rest for the Brave » (2003) puis « Here Comes the Time » (2005) sont ainsi de nouveaux fragments d’une utopie politique et sexuelle. » Il se fait connaître avec « L’Inconnu du lac » (2013) qui, outre l’écho reçu à Cannes, est également nominé huit fois aux César en 2014. Suivi par « Rester vertical » (2015) et « Viens, je t’emmène » (2021). Le réalisateur présentera « Pour les siècles des siècles » paru aux éditions POL à la librairie Ombres Blanches (vendredi 31 mai à 18h) ainsi que « Du soleil pour les mendiants » précédé de « La Force des choses » samedi 1er juin à 19h Her » (2013) de Spike Jonze le même jour à 21h à la Cinémathèque. Pour une immersion dans un cinéma passionnant à plus d’un titre…

Du vendredi 31 mai au mercredi 30 juin à la Cinémathèque de Toulouse (69, rue du Taur). Tel. 05 62 30 30 10. www.lacinemathequedetoulouse.com et https://lenouveauprintemps.com
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Six pieds sur terre », le roman de formation d’un jeune homme dans l’ombre des morts
NEXT Lannepax. Un concert hommage à Patricia Dehont