Invitation au voyage à travers les mélodies fauréennes avec Stéphane Degout

Plus de détails

Gabriel Fauré (1845-1924) : Poème d’un jour op. 21, La Bonne Chanson op. 61, Ballade pour piano op. 19, Le jardin clos op. 106, Mirages op. 113, L’Horizon chimérique op. 118. Stéphane Degout, baryton ; Alain Planès, piano. 1 CD Harmonia Mundi. Enregistré en mai 2023 à l’Abbaye de Royaumont (France). Notice de présentation et poèmes en français et anglais. Durée : 60:21

Harmonia Mundi

Le baryton Stéphane Degout et le pianiste Alain Planès nous offrent un riche panorama des mélodies de Gabriel Fauré, avec cinq cycles majeurs dont La bonne chanson Et L’horizon chimérique. Une invitation au voyage, plus sombre et aride qu’il n’y paraît.

L’année du centenaire de la mort de Gabriel Fauré (1845-1924) ne pouvait se concevoir sans un hommage à l’immense mélodiste qu’il fut. Le genre mélodique, très apprécié dans les salons français du milieu du XIXe siècle jusqu’à l’aube du XXe siècle, a accompagné Fauré tout au long de sa vie. Il en composa une centaine, dont son premier opus Le papillon et la fleur (1861), écrit à l’âge de 16 ans, jusqu’au cycle testamentaire L’horizon chimérique op. 118 (1921), composé à 77 ans. Autant de petits cailloux éparpillés, fil intime de la vie de Fauré où se mêlent rêves et doutes, angoisses et joies, classicisme mondain et audaces harmoniques.

Le grand baryton français Stéphane Degout et le pianiste Alain Planès nous invitent à explorer cette existence à travers une copieuse anthologie de cinq cycles de mélodies. Juvénile Poème pour un jour op. 21, composé en 1878, au début de la carrière de Fauré, jusqu’à la tragédie L’horizon chimériquepasser par le cycle délicieux La bonne chanson op. 61 sur des poèmes de Verlaine, mais aussi l’amant Jardin fermé op. 106 ou encore la symbolique de Mirages op. 113.

On connaît Stéphane Degout comme un grand chanteur d’opéra, au ton ample et à la diction parfaite. Ce sont les mêmes qualités que l’on retrouve dans cet enregistrement où la respiration ample et la puissance du chanteur donnent des couleurs germaniques aux mélodies de Fauré qui n’en demandent peut-être pas tant. Les qualités de Stéphane Degout pourraient donc aussi apparaître comme un défaut, l’intimisme de Fauré exigeant parfois plus d’humilité de ton. On retient la tendresse et le poli des anciens enregistrements de Gérard Souzay dans ce même répertoire. Stéphane Degout nous emmène dans un pays plus sombre et aride, ce qui se justifie par le tragique des dernières mélodies, mais moins par la douceur nostalgique du Jardin fermé.

Alain Planès, sur un piano Pleyel « Grand patron » de 1892 au son feutré, se révèle bien plus qu’un accompagnateur dans ces partitions toujours changeantes et complexes. Comme le formidable Ballade pour piano op. 19, en plein programme, que même Franz Liszt a eu du mal à apprivoiser…

Cette anthologie, en proposant cinq grands cycles de mélodies de Gabriel Fauré, se démarque d’abord par la pertinence de son programme. Mais l’interprétation exigeante de Stéphane Degout et d’Alain Planès déconcertera sans doute les amateurs d’un Fauré plus « aimable ». A écouter par petites rafales.

(Visité 1 fois, 1 visites aujourd’hui)

Plus de détails

Instagram

Gabriel Fauré (1845-1924) : Poème d’un jour op. 21, La Bonne Chanson op. 61, Ballade pour piano op. 19, Le jardin clos op. 106, Mirages op. 113, L’Horizon chimérique op. 118. Stéphane Degout, baryton ; Alain Planès, piano. 1 CD Harmonia Mundi. Enregistré en mai 2023 à l’Abbaye de Royaumont (France). Notice de présentation et poèmes en français et anglais. Durée : 60:21

Harmonia Mundi

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Valady. Jean Couet-Guichot et Gaya Wisniewski, deux artistes en résidence dans la région