à Foix, Sophie Dando prend un nouveau tournant dans sa vie de maroquinière

à Foix, Sophie Dando prend un nouveau tournant dans sa vie de maroquinière
à Foix, Sophie Dando prend un nouveau tournant dans sa vie de maroquinière

l’essentiel
Sophie Dando, maroquinière artisanale depuis 8 ans, travaille depuis 4 ans à la boutique « AMELE SOPHIE » à Foix. Elle vit un tournant dans sa vie et envisage de se lancer dans plusieurs projets artistiques. Sa passion pour l’art l’accompagne depuis son plus jeune âge.

Sophie Dando dirige sa boutique « AMELE SOPHIE ». Elle est artisanale maroquinière depuis 8 ans et raconte son parcours de vie qui l’a conduite à cette passion. “Je ne savais pas ce que je voulais faire, c’était le gros problème qui m’inquiétait beaucoup.” Sophie a eu la chance d’avoir des parents qui l’ont toujours accompagnée et soutenue dans son cheminement et dans ce qu’elle aimait. « J’ai fait une licence d’arts appliqués à Toulouse à l’université. » Diplômée en arts visuels et titulaire d’une licence d’arts appliqués obtenue à Toulouse, elle a toujours été passionnée par l’expression artistique.

Après ses études, Sophie part à la découverte du continent africain, une expérience unique. « Après mon diplôme, je suis parti voyager en Afrique, ce qui a fait un petit déclic pour moi. » C’est là qu’elle a appris à coudre et à confectionner des vêtements à partir de tissus locaux.

Depuis 2014, « je pars au Togo, au Sénégal et au Burkina Faso pour sélectionner les tissus qui inspirent mes créations de maroquinerie. » Ces voyages ont enrichi son savoir-faire et donné une direction unique à ses sacs et accessoires, où motifs et couleurs africains se conjuguent à la noblesse du cuir. « J’y ai appris à confectionner des vêtements et je me suis formé au travail du cuir en France. »

C’est en 2016 que Sophie a le courage de lancer sa propre entreprise de maroquinerie, malgré ses appréhensions initiales.

“Ce n’est pas la fin de l’activité mais je sens qu’il y a une évolution”

Sophie a envie de tourner la page de sa vie, d’écrire un nouveau chapitre. Avec l’arrivée de nouveaux projets en vue, rien de mieux que de se pencher à nouveau sur l’art. Aujourd’hui elle décide de développer son activité. « C’est quelque chose qui change, qui se ferme… Ce n’est pas la fin de l’activité, mais je sens qu’il y a une évolution. J’ai envie que les choses changent, je n’ai plus envie de travailler de la même manière que ces sept dernières années », confie Sophie.

Dans son atelier, elle travaille et vend seule : “Je me sens un peu confinée.” C’est pourquoi ce jeune maroquinier espère une évolution : « En revanche, j’aimerais m’ouvrir davantage au domaine de l’art, en référence à mes études. »

« C’est quand je crée que les idées viennent »

Son nouveau projet symbolique implique l’utilisation d’œufs de nandou. Pour Sophie, l’œuf symbolise le renouveau et la renaissance. Ces pièces, mélange entre art et artisanat, marquent un tournant dans sa carrière. « Pour moi, c’est très révélateur de ce que je vis dans ma dimension professionnelle. Les choses changent et bougent. L’idée est de s’amuser en créant des œufs avec des motifs en cuir. »

Sophie dans sa boutique de maroquinerie portant sa création artistique.
C’EST À DIRE

Les œufs de nandou sont parmi les plus gros au monde, avec une coquille très molle. « En ce moment, je développe davantage mon projet artistique, mais je souhaite toujours conserver ma partie maroquinerie. »

C’est un projet qui demande un travail minutieux.toutes les tranches sont teintées d’or une à une. Elle détourne les outils de maroquinerie à des usages artistiques, créant des pièces uniques. “CONTRE“C’est une création assez personnelle où j’utilise des outils de maroquinerie et je recherche des usages qui ne sont pas courants sur ces outils.”

Grâce à ce projet, elle espère obtenir le label Ateliers d’Art de France pour cette nouvelle ligne de création. Se concentrer sur l’art permet à Sophie de se retrouver : « Ça me fait du bien d’avoir de l’oxygène du côté artistique et de donner du repos au métier. »

Nouvelles activités

Sophie ne s’arrête pas là, et souhaite développer son activité dans plusieurs domaines. « En ce moment, j’aimerais aller dans plusieurs directions », dit-elle. Elle souhaite également partager son savoir-faire en mettant en place des cours et des ateliers de création de maroquinerie. « Je souhaite ouvrir mon entreprise à l’extérieur, répondre à la demande locale de services de réparation du cuir et organiser des ateliers créatifs. » Déterminée à évoluer, « je souhaite accéder à de nouvelles perspectives artistiques et partager ma passion avec un public plus large. » elle ferme.

Site internet : https://www.amele-sophie.fr ou Instagram @amele_sophie

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Valady. Jean Couet-Guichot et Gaya Wisniewski, deux artistes en résidence dans la région