Soupçonné de viol, Sébastien Cauet comparaît devant un juge

Soupçonné de viol, Sébastien Cauet comparaît devant un juge
Soupçonné de viol, Sébastien Cauet comparaît devant un juge

L’animateur radio Sébastien Cauet, écarté de l’antenne de NRJ, devait être présenté vendredi à un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Paris en vue de sa possible mise en examen pour viols et agressions sexuelles sur quatre femmes, dont trois adolescentes au moment des faits. des faits qu’ils dénoncent.

Sollicité par l’AFP, le parquet de Paris a indiqué avoir confié vendredi l’enquête à un juge d’instruction, qui doit désormais l’interroger et décider s’il y a lieu de le mettre en examen, comme le demande le ministère public.

Deux jours de garde à vue

Sébastien Cauet, personnalité connue de la radio depuis trente ans, était l’animateur vedette de NRJ où il se faisait remarquer par ses sorties trash au micro. Mais fin novembre, il a été retiré des ondes, suite aux premières accusations de viol.

Convoqué par les enquêteurs mercredi, il a été placé en garde à vue pendant deux jours à la Brigade de protection des mineurs.

Après son interrogatoire par les enquêteurs, le procureur de la République a requis vendredi sa mise en examen avec la circonstance aggravante de minorité pour trois des quatre victimes identifiées, sur une période allant de 1997 à 2014.

Trois adolescents et un adulte

Sébastien Cauet est soupçonné d’avoir violé une jeune fille de 16 ans en novembre 2014 à Genève. Le parquet demande également que l’animateur soit mis en examen pour corruption de mineurs de plus de 15 ans, commise entre janvier 2014 et septembre 2016, au détriment de cette première femme.

Le quinquagénaire est également accusé d’avoir violé une autre adolescente de 15 ans en décembre 1997 à Paris. Et d’en avoir agressé sexuellement une troisième en décembre 2012, celle-ci âgée de 17 ans.

Sébastien Cauet est également accusé du viol d’une adulte, née en octobre 1973. Il aurait été commis en 2011 à Paris.

Autres faits, mais prescrits

D’autres femmes ont accusé l’animateur de violences sexuelles. Ces faits “ne font pas partie de la saisine du juge d’instruction, en raison de leur délai de prescription”, a expliqué le parquet de Paris.

Avant d’être présenté à un juge d’instruction, l’animateur a adressé jeudi un communiqué de ses avocats aux médias, les appelant à la « retenue ». « L’heure de la justice n’est pas l’heure des médias », a fait valoir ses avocats, MM. Xavier Autain et Simon Clémenceau.

Ce dernier a également tenu à souligner que leur client s’était adressé « librement » aux enquêteurs, « pour pouvoir répondre point par point, à toutes les questions posées ».

Cauet porte à son tour une action en justice

Dans cette affaire, Sébastien Cauet se dit victime de cyberharcèlement, de dénonciation calomnieuse et de tentative d’extorsion. Il a porté plainte, débouchant sur l’ouverture de deux enquêtes préliminaires à Nanterre, pour lesquelles il a été entendu fin 2023.

Mais pour l’intéressé, ces investigations ne font pas « l’objet d’un traitement diligent de la part du parquet de Nanterre ». Il affirme toujours subir les délits dénoncés.

L’affaire a débuté en novembre, lorsqu’une première femme a porté plainte contre Sébastien Cauet. NRJ a immédiatement annoncé le « retrait temporaire » de son présentateur, alors même que sa présence à l’antenne constituait 44 % de l’audience quotidienne de la radio.

Ainsi finit l’émission hebdomadaire « C’Cauet », qui existait depuis 2010 avec une seule interruption entre 2017 et 2018.

Et faute de pouvoir revenir, Sébastien Cauet a alors réclamé une indemnisation. Mais le tribunal de commerce de Paris l’a rejeté au début du mois.

(AFP)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Notre patrimoine, entre patrimoine et modernité », exposition de Faruda Amrou à Rabat – Le Maroc aujourd’hui
NEXT Valady. Jean Couet-Guichot et Gaya Wisniewski, deux artistes en résidence dans la région