un neurologue croit à un potentiel retour de Céline Dion

un neurologue croit à un potentiel retour de Céline Dion
un neurologue croit à un potentiel retour de Céline Dion

Un neurologue commence à croire que le retour sur scène de Céline Dion est possible grâce à sa détermination, qui pourrait ainsi offrir un message d’espoir aux patients souffrant de la même maladie.

« Quand ce diagnostic a été annoncé, j’étais très dubitatif et plus les choses avancent, plus on voit sa détermination, plus on commence à y croire. Vraiment, j’espère que ce serait une démonstration de force et de volonté absolument phénoménale », a déclaré le Dr Julien J. Cavanagh, professeur adjoint de neurologie à l’hôpital universitaire Emory.

Toutefois, le neurologue explique que l’accès aux soins dont bénéficie certainement le chanteur pourrait jouer un rôle important, si un retour devient possible.

« Il faut aussi admettre que [elle est] dans des conditions d’accès aux soins avec sans doute une équipe qui lui est proche, dans des conditions auxquelles la plupart des patients ne peuvent pas accéder, c’est sans doute cela qui jouera un rôle”, a-t-il expliqué. , dans l’émission “Le Bilan”.

Le Dr Cavanagh, qui est également un admirateur de Céline, y voit quand même des raisons d’être optimiste : « Ce serait un message d’immense espoir pour tous les patients atteints de cette maladie et dont la vie est grandement impactée. »

Le documentaire, qui sortira sur Prime le 25 juin, retrace le combat de la chanteuse et met en lumière la maladie qui l’éloigne de la scène depuis plusieurs années : le syndrome de la personne raide.

« C’est une maladie du système nerveux central où, au niveau du cerveau, les instructions permettant aux muscles de se détendre ne passent plus. […] Si les muscles qui se détendent n’arrivent plus à se détendre, on devient complètement raide”, explique le spécialiste.

Pour voir l’interview complète, regardez la vidéo ci-dessus.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une déambulation dans Paris, entre défilé des étudiants de l’IFM, Voyelles et Kartik Research
NEXT Microplastiques détectés même dans le sperme