Guillaume Meurice est convoqué devant une commission de discipline

Guillaume Meurice est convoqué devant une commission de discipline
Guillaume Meurice est convoqué devant une commission de discipline

Il a rendez-vous le 30 mai à 14h30 par une commission disciplinaire. «Le licenciement approche», écrit laconiquement Guillaume Meurice sur son profil Instagram. L’humoriste de France Inter a été suspendu de l’antenne pour trois semaines par la direction de Radio France pour avoir réitéré sa blague sur Benjamin Netanyahu, qu’il avait prononcée pour la première fois le 28 octobre, provoquant une série de réactions en cascade, jusqu’à la plainte. est déposé. A l’antenne du 28 avril, alors que l’affaire venait d’être classée sans suite par la justice, il déclarait comme un camouflet : « «Il y a des choses qu’on peut dire, par exemple si je dis que ‘Netanyahu est une sorte de nazi, mais sans prépuce’, ça va le procureur, a-t-il dit, ça va, a-t-il dit cette semaine. On peut faire des mugs, des t-shirts, c’est ma première blague autorisée par la loi française. »

Les deux plaintes ont été déposées le 6 novembre 2023 par l’Organisation juive européenne pour « incitation à la haine antisémite ” Et “ insultes publiques antisémites », d’après la première blague, dans l’émission Le Grand Dimanche Soir, de Charline Vanhoneacker. Le parquet de Nanterre a estimé que « les deux infractions visées par la plainte ne semblent pas graves, « .

Désormais, la rupture du contrat avec la radio pour laquelle il travaille depuis 2012 semble se préciser. « La sanction envisagée est le licenciement anticipé pour faute grave » de son contrat de travail, rappelle-t-il dans sa convocation que l’AFP a pu consulter. ” Pas de décision de sanction définitive ” ne sera pas « notifié moins de deux jours ouvrables après la tenue de la commission » et le comédien peut demander « lors de la réunion (…) que ce délai minimum soit porté à huit jours calendaires », est-il précisé. Contactée, la direction de Radio France n’a pas souhaité faire de commentaire.

Un contexte particulier

Guillaume Meurice a reçu le soutien de la rédaction de France Inter et des dirigeants de gauche, après ce limogeage qui a suscité l’inquiétude de nombreuses personnalités quant au respect de la liberté d’expression et à la caricature de la part du service public. Les syndicats de Radio France avaient appelé à la grève dimanche 12 mai pour protester contre « la répression de l’insolence et de l’humour » ainsi que contre « des menaces » qui pèsent sur certaines émissions de France Inter dont l’émission dominicale présentée par Charline Vanhoenacker.

La suspension de Guillaume Meurice s’inscrit dans un contexte particulier de fusion de l’audiovisuel public, défendu par la ministre de la Culture, Rachida Dati. De France Télévisions à Radio France, les personnels sont en grève jeudi et vendredi contre le projet de fusion éclair de l’audiovisuel public défendu par Rachida Dati. De France Télévisions à Radio France, les personnels sont en grève ce jeudi 23 mai et vendredi 24 mai.

Pour assurer la retransmission du débat jeudi soir sur France 2 entre le Premier ministre Gabriel Attal et le président du RN Jordan Bardella, la direction a prévu de faire appel à des prestataires extérieurs, selon les syndicats.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Virginie Efira et Emmanuelle Béart, les demoiselles de Cabourg
NEXT Concerts de fierté, spectacles, théâtre, visites guidées… des idées pour ce samedi 15 juin