« Vers une terre inconnue », comédie douce-amère de Mahdi Fleifel

« Vers une terre inconnue », comédie douce-amère de Mahdi Fleifel
« Vers une terre inconnue », comédie douce-amère de Mahdi Fleifel
>>
« Vers un pays inconnu », de Mahdi Fleifel. EUROZOOM

LA FORTUNE DES CINÉMATISTES

Né à Dubaï, élevé dans un camp au Liban, installé au Danemark, formé en Angleterre, passé par la Cinéfondation de Cannes : on pense que le Palestinien Mahdi Fleifel sait de quoi il parle lorsqu’il évoque le statut de réfugié.

C’est à cette condition qu’il consacre, à 44 ans, son premier long métrage, entre chronique dramatique et sourire discret mais fataliste en coin. On lui en sera reconnaissant : certains messages pétris d’amertume parviennent plus facilement aux esprits lorsqu’ils affectent une certaine légèreté.

On pourrait ainsi définir Vers une terre inconnue (Vers un pays inconnu) comme un film de copain (un film de copains) Beckettian. Le tandem, qui croupit dans un squat illégal à Athènes, s’appelle Chatila et Reda. Ce sont en fait des cousins. Le premier – joué par Mahmood Bakri, descendant d’une célèbre dynastie d’acteurs palestiniens – est le cerveau du groupe. Le second – incarné par Aram Sabbagh, dans la vie civile premier skateur palestinien – est toxicomane et suit son cousin sans toujours éviter le risque d’un fiasco pour les entreprises familiales. L’idée, désespérément fixée, serait de partir à Berlin, d’y ouvrir un café, et de pouvoir y faire venir des proches, à commencer par Nabila, la fiancée de Chatila, une cuisinière hors pair.

Chapardage

Le film est pour ainsi dire l’histoire des plans successifs développés par Chatila pour y parvenir. La première option consiste à utiliser la somme soigneusement mise de côté, au travers de petits larcins ou de passes dans le jardin public dans le cas de Reda, pour payer de faux passeports au virtuose local, Marwan. Hélas, Reda a mis la main dessus et l’a dilapidé, avec l’aide active d’Abou Love, le fournisseur de hash du squat. La rencontre intempestive d’un adolescent de Gaza, qui souhaite rejoindre une tante qui vit en Italie, donne à Chatila une autre idée pour y parvenir, d’autant plus qu’il vient de rencontrer Tatiana, une fille qui n’est pas indifférente à ses charmes.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Cannes 2024 : « Sister Midnight », une sombre farce sur la guerre des sexes en Inde

Ajouter à vos sélections

Il s’agirait donc de prendre contact avec la tante du petit et de proposer à Tatiana, qui se ferait passer pour une parente, de lui livrer son neveu en Italie. Le tout pour une somme qui permettrait à Chatila et Reda de mettre enfin le cap sur Berlin.

Mais ensuite, Tatiana, une voyageuse intelligente, a été payée pour ce service, a pris l’adolescente sous son bras et a disparu en Italie. Quant à la tante, elle ne répond plus. Qu’importe, même mise hors de combat par malchance, Chatila n’est jamais à court d’idées.

Il vous reste 21,77% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Décès de la chanteuse Jodie Devos, le monde de l’opéra pleure sa comète colorature – Libération
NEXT Étienne Willem, l’un des fleurons de la bande dessinée en province de Luxembourg, est décédé dimanche