Chronique cannoise | Tribune de Genève – .

Chronique cannoise | Tribune de Genève – .
Chronique cannoise | Tribune de Genève – .

« Santosh » dénonce les dysfonctionnements de la société indienne

Edmée Cuttat

Publié aujourd’hui à 19h36

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

Après la mort de son mari, tué lors d’une émeute, dans une région rurale du nord de l’Inde, Santosh, 28 ans, hérite de son poste de casque bleu, comme le prévoit la loi. En entrant dans ce milieu machiste, elle découvre les méthodes d’enquête plus que douteuses d’une grande partie de ses collègues, provoquant la haine et la colère des gens dans la rue.

Sans expérience ni formation mais pleine d’énergie et de bonne volonté, Santosh est appelée, pour sa première affaire, sur les lieux de la mort d’une adolescente issue d’une classe inférieure, violée puis jetée dans un puits. Sous les ordres de l’impitoyable inspectrice Sharma, très engagée dans la défense des femmes et qui devient son mentor, la nouvelle recrue participe activement à l’enquête. Et se retrouvera assez vite sur la piste d’un criminel présumé.

Recours à la torture

« Santosh », présentée à Un certain regard, est la première fiction de Sandhya Suri, déjà auteur de deux documentaires. S’exposant aux critiques des autorités, la réalisatrice n’hésite pas à dénoncer avec force le dysfonctionnement général de la société indienne, le système de castes qui permet les excès et l’impunité des puissants, ainsi que les pratiques brutales et expéditives de la police. . Alors que la corruption gangrène ses rangs, il n’hésite pas à recourir à la torture pour obtenir des aveux, sans se soucier des preuves.

Dans le même temps, le mépris de la condition féminine et le nombre de viols non condamnés incitent les policiers à exercer leur propre justice à l’égard des hommes accusés, voire simplement soupçonnés, de harcèlement ou d’abus sexuels. Comme l’inspecteur Sharma, qui s’en prendra au malheureux innocent responsable du meurtre de la jeune fille du puits. Poussant enfin Santosh à terminer le travail. C’est extrêmement violent.

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Airbnb et Disney unissent leurs forces pour la sortie de Vice-Versa 2
NEXT La propagation de la grippe aviaire aux États-Unis augmenterait le risque d’infection humaine, selon les autorités