voici les bactéries qui menacent les humains, selon l’OMS

voici les bactéries qui menacent les humains, selon l’OMS
voici les bactéries qui menacent les humains, selon l’OMS

Il existe désormais quinze familles de bactéries résistantes aux antibiotiques, selon la nouvelle liste publiée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ces dernières représentent actuellement la plus grande menace pour la santé humaine pour l’institution.

Bactéries résistantes : la menace s’intensifie depuis 2017

La résistance aux antibiotiques est la capacité d’une bactérie à résister à l’action d’un antibiotique, selon assurance santé. Il s’agit d’un phénomène dangereux pour la santé humaine car, comme le rappelle l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm), 700 000 personnes, dont 25 000 en Europe, meurent chaque année d’infections provoquées par des bactéries résistantes à ces traitements.

Cette liste, qui cartographie la charge mondiale des bactéries résistantes aux médicaments et évalue ses effets sur la santé publique, est essentielle pour orienter les investissements et répondre à la crise du développement et de l’accès aux antibiotiques.» déclare le Dr Yukiko Nakatani, Sous-Directeur général par intérim de l’OMS pour la résistance aux antimicrobiens, dans un communiqué. Depuis la publication de la première liste d’agents pathogènes prioritaires en 2017, la menace de résistance aux antimicrobiens s’est intensifiée, affaiblissant l’efficacité de nombreux antibiotiques et mettant en péril de nombreuses réalisations de la médecine moderne.

La liste précédente, établie en 2017, indiquait cinq combinaisons pathogène-antibiotique qui ont été supprimées lors de la mise à jour de 2024. Cependant, quatre autres ont été ajoutés.

nouvelle liste de 2024, comme celui de 2017, comprend trois catégories : bactéries de priorité critique, bactéries de priorité élevée et moyennement prioritaires. Entre ces deux publications, certains pathogènes ont changé de catégorie, comme l’infection à Pseudomonas aeruginosa résistant à carbapénèmes (ParC – une sous-classe d’antibiotiques) qui est passé de priorité « critique » à « élevée ».

Ainsi, dans la nouvelle liste, la catégorie prioritaire critique comprend les bactéries suivantes :

  • Entérobactériesrésistant aux céphalosporines de troisième génération,
  • Entérobactériesrésistant aux carbapénèmes
  • Acinetobacter baumannii, résistant aux carbapénèmes
  • Mycobacterium tuberculosisrésistant à la rifampicine, qui en est la cause, selon l’Institut Pasteurtuberculose.

Les bactéries hautement prioritaires sontentérocoque faecium (résistant à vancomycine), là Shigella spp. (résistant à fluoroquinolones), là Salmonella typhi (résistant aux fluoroquinolones), Pseudomonas aeruginosa (résistant aux carbapénèmes), Salmonelles non typhoïdes (résistant aux fluoroquinolones), le Staphylococcus aureus (résistant à méthicilline) et enfin, le Neisseria gonorrhoeae (résistant à céphalosporines et/ou fluoroquinolones de troisième génération).

La dernière catégorie concerne les bactéries de priorité moyenne. C’est leHaemophilus influenzaerésistant à ampicilline et le Streptocoques du groupe A et B (respectivement résistant à macrolides et au pénicilline) et le Streptococcus pneumoniaerésistant aux macrolides.

Développer de nouveaux médicaments pour vaincre la résistance aux antibiotiques

La résistance aux antimicrobiens compromet notre capacité à traiter efficacement les infections à forte charge de morbidité, telles que la tuberculose, entraînant des maladies graves et une augmentation des taux de mortalité.», explique le Dr Jérôme Salomon, sous-directeur général de l’OMS pour la couverture sanitaire universelle et les maladies transmissibles et non transmissibles.

Cette nouvelle liste met donc à jour les bactéries les plus dangereuses pour l’homme, ce qui permettra aux scientifiques de travailler sur de nouveaux médicaments pour peut-être, un jour, pouvoir les traiter plus efficacement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Dernier hommage à l’artiste Ben et à sa femme
NEXT « Tant que je n’ai pas de coup de soleil, ça va », à la plage, la crème solaire n’est pas toujours une priorité