S’impliquer au quotidien auprès de son enfant, un élément clé pour son développement et son bien-être – .

S’impliquer au quotidien auprès de son enfant, un élément clé pour son développement et son bien-être – .
S’impliquer au quotidien auprès de son enfant, un élément clé pour son développement et son bien-être – .

Un psychologue britannique, John Bowlby, a développé après la Seconde Guerre mondiale une théorie révolutionnaire. Basée sur l’observation des animaux et la psychanalyse, cette théorie suggère que «les nourrissons et ceux qui s’en occupent“développer”liens émotionnels” et “ces premières expériences d’attachement ont un impact sur le développement social, émotionnel et comportemental ultérieur de l’individu», résume Steve Vilhem, responsable clinique de pédopsychiatrie dans la revue spécialisée CarnetPsy.

En 2020, une commission d’experts présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik a rendu compte au gouvernement de l’importance des 1000 premiers jours de la vie des enfants. La théorie de l’attachement est au cœur des réflexions menées par ces experts, notamment autour de l’allongement du congé paternité et de la réforme du congé parental.

Conséquences physiques et sociales

Quatre ans plus tard, ce rapport donne naissance à des centres des 1000 premiers jours, par exemple à Nice et Carpentras ainsi qu’un site internet, 1000-premiers-jours.fr qui répond aux questions des parents. Sur cette dernière, on peut ainsi lire en bonne place que le lien d’attachement peut se créer avec la mère mais aussi avec d’autres adultes qui s’occupent de lui au quotidien : « Le coparent, le père, les parents adoptifs, mais aussi la belle-famille ou une tante ».

De nombreuses études scientifiques se sont intéressées à ce fameux lien d’attachement. Certains ont cherché à comprendre les conséquences sur l’enfant de ce lien avec le père. L’une des dernières en date a été publiée en 2023 dans la prestigieuse revue Pediatrics. Une équipe de chercheurs s’est appuyée sur des données collectées auprès de 28 050 enfants japonais à 6 mois puis 3 ans. Une forte implication des pères auprès de leur enfant est associée à un risque moindre de développer un retard du développement moteur mais aussi des compétences sociales. Un risque évidemment moindre en comparaison avec les enfants qui avaient un père moins impliqué que le premier sur la même période de développement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Valady. Jean Couet-Guichot et Gaya Wisniewski, deux artistes en résidence dans la région