A Quimper, un retraité condamné pour corruption de mineur sur le site Coco.gg et détention d’images pédopornographiques

A Quimper, un retraité condamné pour corruption de mineur sur le site Coco.gg et détention d’images pédopornographiques
A Quimper, un retraité condamné pour corruption de mineur sur le site Coco.gg et détention d’images pédopornographiques

Récemment, le site Coco.gg a défrayé la chronique judiciaire car deux mineurs avaient utilisé cette plateforme pour tendre un piège à un jeune homme, à Grande-Synthe (Nord), avant de le battre jusqu’à la mort. Jeudi 16 mai, ce site de rencontres en ligne, décrit par certains comme un repaire de prédateurs sexuels, s’est présenté à l’audience du tribunal de Quimper. Une audience au cours de laquelle comparaissait un Quimper de 70 ans pour avoir tenté de corrompre un certain « Koraly », qui s’était inscrit sur le site Coco.gg, en octobre 2023. « Bonjour Koraly. Je vais bien ? Tu n’as pas cours ? », lui a écrit le septuagénaire, installé derrière son écran d’ordinateur.

“Un jeune chien est plus mignon qu’un chien adulte”

Si, lors de leurs échanges, « Koraly » a rapidement signifié avoir 14 ans, cela n’a pas posé de problème au prévenu qui utilisait le pseudonyme « Pat29000 ». Différence d’âge ? ” Ça ne me dérange pas. Au contraire. J’aime”, a-t-il déclaré avant de lui envoyer des photos sexuelles de mineurs. Le tout en la bombardant de messages grossiers et en lui demandant d’envoyer des photos d’elle. Petit problème, « Koraly » était en réalité une policière. Lors de sa garde à vue, le prévenu, après avoir tenté de se justifier, a fini par reconnaître les faits, usant parfois d’explications plus que douteuses : « Un jeune chien est plus mignon qu’un chien adulte. Il n’y a rien de sexuel là-dedans.

Fichiers de pédopornographie

« J’ai dévié progressivement. Je reconnais qu’il s’agit d’une infraction grave. Je n’étais pas conscient de ce que je faisais», a-t-il expliqué. Dans son matériel informatique, les enquêteurs ont également retrouvé 13 000 fichiers pornographiques, près de 800 photos pédopornographiques et un document de 180 pages contenant 4 000 pseudonymes de jeunes femmes avec leurs âges, mensurations et villes de résidence. Un « listing » qu’il tenait à jour depuis 2007.

« Savez-vous ce qui se cache derrière toutes ces images ? Il existe des réseaux de personnes qui vendent, maltraitent et tuent des enfants », a souligné le président du tribunal, Christophe Le Petitcorps. « J’ai honte de tout ça. C’est impardonnable», ajoute le septuagénaire, homme marié et père de trois enfants. Jeudi, il a été condamné par le tribunal à dix mois de prison avec sursis probatoire de deux ans et interdiction d’exercer toute activité professionnelle ou bénévole liée aux mineurs. Et son inscription au fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (Fijais) a été ordonnée.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Décès du grand guitariste de jazz Christian Escoudé, modeste leader du renouveau manouche
NEXT “Je me prépare depuis des semaines”, confie Camille Cottin, maîtresse de cérémonie