Guérir du VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

Guérir du VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
Guérir du VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative deExcision BioTherapeutics L’utilisation d’une thérapie génique basée sur l’outil d’édition génétique CRISPR pour guérir du VIH ne s’est pas révélée concluante (voir VIH : un premier patient traité par CRISPR). En effet, les résultats de l’essai de phase I mené sur cinq patients ont montré que la thérapie CRISPR ne supprimait pas le virus de manière significative. Trois patients qui ont arrêté le traitement antirétroviral » rapidement ” développé un ” rebond viral « . Ils ont dû reprendre les traitements conventionnels.

L’un des patients a cependant bénéficié d’un délai de 16 semaines après l’arrêt du traitement antirétroviral avant de subir également une « rebond », contre 4 semaines habituellement. Le traitement expérimental semble avoir réduit le nombre de cellules infectées chez ce patient.

Pour le PDG de l’entreprise, Daniel Dornbusch, les données de sécurité obtenues lors de cet essai de phase I sont rassurantes. Selon lui, ils suggèrent que l’outil CRISPR puisse être administré à l’homme in vivo » sans encombre « . La société utilisera ces résultats pour travailler sur un nouveau candidat d’édition génétique qu’elle pourra appliquer à d’autres infections virales chroniques, telles que l’herpès et l’hépatite B.

Les thérapies géniques, malgré leur « fort potentiel curatif », posent encore des problèmes de sécurité, notamment en lien avec « effets hors cible » (voir « Protéines anti-CRISPR » pour réduire les effets « hors cible »).

Sources : Stat news, Jason Mast (10/05/2024) ; BioSpace, Tristan Manalac (13/05/2024)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV entraide sur le site
NEXT Carmen Sylvestre sera le pont entre les générations à Sucré Salé cet été