Hélène Grimaud puissance 3 – Le Temps

Hélène Grimaud puissance 3 – Le Temps
Descriptive text here

Un miracle ne se reproduit plus, on tremble de souiller un si magnifique souvenir.

Vous connaissez Émilie Mayer ?

Ce troisième concert de la « mini-résidence » Gstaad d’Hélène Grimaud est aussi l’occasion de faire un peu plus connaissance avec l’une des perles féminines de l’Allemagne romantique, Emilie Mayer, dont le Kammerorchester Basel a choisi d’y dévoiler Cinquième Symphonie sur la scène du Chapiteau du Festival. Une petite leçon de rattrapage biographique. -Berlin! C’est dans la très mélomane prussienne, bientôt capitale impériale, qu’Emilie Mayer – qui s’est formée à la musique auprès de Carl Loewe à Stettin, puis d’Adolf Bernhard Marx et de Wilhelm Wieprecht, avant de choisir d’y consacrer toute sa vie – décide d’amarrer son navire, créant au fil du temps une véritable « maison des artistes » où convergent les plus grands esprits de l’époque. Elle y compose l’essentiel de sa musique : six symphonies furent produites entre 1851 et 1862, dont la Cinquième en fa mineur qui nous intéresse ici, affirmant de plus en plus son identité classique au point de se voir attribuer le surnom (forcément réducteur) de « Beethoven au féminin ». Créé en avril 1862 à la Liebigsche Kapelle de Berlin, ce Cinquième a été publié en 2005 par Furore à Kassel par Cornelia Bartsch et Cordula Heymann-Wentzel dans le cadre d’un projet de recherche consacré aux compositrices. Si la plupart des dictionnaires (surtout hors d’Allemagne) l’ignoraient jusqu’à récemment complètement – ​​elle n’a « ressuscité » que depuis les années 1980, grâce notamment au travail pionnier réalisé par les éditeurs Furore et Ries & Erler –, Emilie Mayer jouissait d’une aura remarquable. de son vivant, se voyant offrir son premier avis en 1860 déjà dans le Kleinem Tonkünstlerlexikon de Paul Frank et ses œuvres jouées à Bruxelles, Munich, Budapest, Leipzig, Dessau et jusqu’à Lyon. Elle décède le 10 avril 1883 d’une inflammation pulmonaire et est enterrée non loin de Félix Mendelssohn et de sa sœur Fanny Hensel, au Dreifaltigkeitsfriedhof de Berlin… un joli symbole !

Emilie Mayer, dont le Kammerorchester Basel a choisi de dévoiler la Cinquième Symphonie sur la scène du Chapiteau du Festival. — ©DR

11.8 Considérant

Beethoven : Sonate n°30

Brahms : Fantasmes op. 116, Intermezzi op. 117

Bach/Busoni : Chaconne

13.8 Constantin Krimmel

« Lieder Daumer » de Brahms

Mélodies de Sylvestrov

18,8 Kammerorchester Bâle

Beethoven : Concerto n°4

Emilie Mayer : Symphonie n°5

gstaadmenuhinfestival.ch
68e édition du 12 juillet au 31 août 2024

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La thérapie génique expérimentale CRISPR améliore considérablement la vision chez les patients atteints d’une maladie rétinienne héréditaire
NEXT Deuxième édition du Printemps de la Prévention – .