Le vapotage dépasse désormais le tabagisme chez les jeunes

Le vapotage dépasse désormais le tabagisme chez les jeunes
Le vapotage dépasse désormais le tabagisme chez les jeunes

Le dernier rapport de l’OMS montre que les mineurs vapotent désormais plus qu’ils ne fument. De quoi inquiéter l’organisation.

Moins de fumeurs, plus de vapoteurs

Il y a quelques semaines, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié les résultats de son enquête sur les comportements de santé des enfants d’âge scolaire (HBSC). Réalisé tous les quatre ans, celui-ci vise à surveiller la consommation de diverses substances (tabagisme, cigarettes électroniques, alcool et cannabis) chez les jeunes de 11, 13 et 15 ans dans 44 pays et régions d’Europe, d’Asie centrale et du Canada. Ce rapport, dont les données proviennent de l’enquête réalisée au cours des années 2021 et 2022, montre que l’utilisation de vaporisateurs personnels a désormais dépassé la consommation de cigarettes de tabac.

Parmi les jeunes de 11 ans, garçons et filles confondus, 2 % déclarent avoir fumé au moins une cigarette au cours des 30 derniers jours et 2,5 % déclarent avoir vapoté. Chez les 13 ans, 5,5 % avaient fumé et 9 % avaient vapoté, tandis que chez les 15 ans, 15 % avaient fumé au moins une cigarette au cours du dernier mois et 19,5 %. avoir vapé au moins une fois.

L’utilisation d’un produit moins dangereux plébiscitée

Les six premières rangées représentent les taux de tabagisme chez les jeunes. Les six derniers, les taux de vapotage.

Une fois de plus, l’OMS n’hésite pas à présenter ces chiffres comme mauvais. Elle note qu’une attention particulière doit être portée au sujet du vapotage et recommande « de l’interdire ou de la réglementer fortement »parce que la cigarette électronique « est principalement commercialisé auprès des jeunes ». L’organisation ajoute que des efforts devraient être faits pour « réduire leur disponibilité auprès des jeunes en interdisant les publicités, les promotions et les saveurs ».

Cette position anti-vape se retrouve aussi dans la manière même de présenter les chiffres. Si l’OMS n’hésite pas à citer les données de la précédente enquête afin de quantifier précisément l’augmentation du nombre de jeunes vapoteurs, elle reste beaucoup plus évasive concernant le tabagisme et indique simplement qu’elle constate « une diminution du nombre de cigarettes fumées au cours de la vie ». Il faut donc consulter les nombreuses annexes jointes au rapport pour obtenir des chiffres précis afin de pouvoir les comparer avec le rapport de l’enquête précédente. On découvre notamment que le tabagisme chez les jeunes de 15 ans est passé de 28% en 2018 à 25% en 2022, une baisse de près de 11%.

La prévalence croissante de l’usage de la cigarette électronique pose un problème de santé publique important en raison des risques potentiels pour la santé, en particulier pour les jeunes.Extrait du rapport

Des chiffres qui pourraient démontrer que non seulement les jeunes sont désormais plus nombreux à consommer de la nicotine par le biais du vapotage, un produit reconnu par une grande partie de la communauté scientifique comme moins dangereux pour la santé que le tabac, mais qu’en plus, ils sont de moins en moins nombreux à essayer la cigarette. , ne serait-ce qu’une seule fois.

Autrement dit, les jeunes, dans la phase d’expérimentation de différents produits, inhérente à leur âge, s’orienteraient désormais vers une solution moins dangereuse pour eux que les années précédentes. Une nouvelle qui devrait être saluée par une organisation censée se soucier de la santé du monde, et qui choisit pourtant de fustiger.

L’OMS, toujours opposée au vapotage ?

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ces aliments qui peuvent rendre vos rêves beaucoup plus intenses, selon les experts du sommeil
NEXT « Renault trahirait complètement son engagement auprès des artistes s’il vendait les œuvres de sa collection »