La Fondation des Artistes soutient 28 nouveaux projets

La commission de printemps de la Fondation des Artistes, qui s’est tenue le 29 avril, a sélectionné 28 projets d’aide à la production, pour un budget total de 251 000 euros. C’est l’un des rares soutiens sans critère de nationalité, d’âge ou de domaine artistique, mais on peut noter que la plupart des lauréats sont nés dans les années 1970 (Charlotte Moth, Alexis Cordesse, Maïder Fortuné…) et 1980 (Jacynthe Blaquart, Christophe Lemaître , Clément Cogitore, Louis Henderson, Marion Flament…). Les problématiques des artistes sont variées, comme en témoignent ces trois exemples. Marion Bataillard, installée depuis deux ans dans les montagnes ardéchoises, va pouvoir entamer sereinement un nouveau cycle intitulé « Sculpture sociale paysanne ». ” Le monde paysan a longtemps constitué un sujet de peinture à part entière, récurrent dans l’histoire de la figuration, mais à ma connaissance sensiblement oublié de la peinture contemporaine. Le contraste avec les sujets urbains que j’ai abordés ces dernières années est certainement maximum. » Elle interroge à la fois le sujet et le tableau : « Comment réaliser un tableau contemporain d’un paysage de montagne ? De massacrer un mouton ? « Des travaux et des journées » aux champs ? » De son côté, Ismaël Alaoui Fdili va poursuivre et approfondir un projet qui, au départ, était plutôt secondaire, l’International Car Guarding University basée depuis 2020 à Clichy-sous-Bois et Marrakech. ” Avec cette aide, je pourrai créer en août prochain un documentaire sur les gardiens de voitures au Maroc, générant des images et des enregistrements audio. De ceci saisir documentaire, l’idée est d’utiliser l’IA avec un chercheur pour générer de nouveaux contenus, tout en préservant la dimension ludique de cette université fictionnelle. » François Dufeil, de son côté, qui travaille depuis 2019 sur une série de sculptures d’instruments de musique, se lancera dans un projet intitulé « Loches Solénoidales », soit la création d’une sculpture sonore semblable à un carillon, constituée de déchets de gros bidons. gaz vides issus de la pétrochimie. ” La bourse de la Fondation des Artistes me permettra de travailler avec des artisans spécialisés en automatisme et programmation, mais aussi avec un ingénieur du son pour traduire la composition sonore du percussionniste dans un langage codé, afin de restituer au mieux le geste et l’intention sur le solénoïde. cloches. » Une deuxième commande aura lieu à l’automne et les artistes pourront adresser leur candidature jusqu’au vendredi 13 septembre 2024. L’enveloppe de ce mécénat atteint environ 500 000 euros chaque année, et depuis sa création en 2011, la Fondation a soutenu 591 projets pour 6 651 124 euros. .

Fondationdesartistes.fr

© Marion Bataillard/Adagp, Paris 2024.
© Ismaël Alaoui Fdili.
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV des ordres du médecin au report de la course
NEXT Thésaurisation compulsive : détresse encombrée