Chevannes en lice pour la finale nationale

Chevannes en lice pour la finale nationale
Chevannes en lice pour la finale nationale

“On n’y va pas pour gagner”. Le Boulanger Laurent Bisson ne veut pas s’emballer. Cependant, le stress monte : “Je ne regarde plus les concurrents, car plus je les vois, plus je les trouve forts”. Il finit par confier à voix basse : “Eh bien, c’est vrai qu’au fond, j’y pense, une victoire serait incroyable.”
Cette année, le boulanger a finalement accepté de participer au salon La meilleure boulangerie de France sur M6. Après quatre refus consécutifs, il se lance, porté par la motivation de son fils Léo, 22 ans avec qui il travaille en tandem et par l’envie de promouvoir le métier de boulanger-pâtissier.

« On peut être heureux en étant boulanger ! »

Pour Laurent Bisson, “Il était temps de participer à ce spectacle.” Il repense à l’hiver 2023 “quand tous les médias s’alarmaient sur la situation des petits commerces et la boulangerie en faisait partie.” Lui-même ne le cache pas “C’était dur, ça l’est toujours”mais face à la morosité ambianteil voulait donner un coup de pied à la fourmilière. « Je suis également représentant de la Fédération Départementale des Boulangers et Pâtissiers de l’Yonne et avec mes responsabilités, je me suis dit ‘ça suffit, je veux montrer qu’on peut être heureux d’être boulanger !’ C’est vrai que l’année dernière, je n’allais pas forcément bien parce que je voulais conseiller aux jeunes de se tourner vers nos métiers et encourager mes apprentis, mais en tant que papa, j’aurais peut-être dit à mes propres enfants de poursuivre un peu leurs études.

Laurent Bisson et son fils Léo participeront ensemble à la finale nationale de la meilleure boulangerie de France sur M6. © Radio-France
Corbeau marin

«La boulangerie reviendra dans les Chevannais»

Père et fils sont déjà décédés les sélections régionales fin février 2024, face à huit autres boulangeries bourguignonnes et depuis, les curieux viennent de toute la France. Les habitués de la boulangerie Bisson ont dû s’adapter à cet engouement. Laurent Bisson pense “au petit septuagénaire qui vient acheter son pain et qui doit faire la queue entre 45 minutes et une heure certains dimanches, et même s’il n’a pas rebroussé chemin !”

La popularité de la boulangerie Bisson à Chevannes est à son comble et la boutique ne désemplit pas. © Radio-France
Corbeau marin

Malgré tout, la plupart des clients sont fier de leur boulangerie, comme Anne-Laure, pleinement derrière la famille Bisson. “On n’est pas surpris, on connaît la qualité de leur travail, on est super content pour eux et c’est bon pour l’avenir de Léo”, s’enthousiasme-t-elle. Le boulanger veut encore rassurer ses clients « C’est l’effet télévision ! La boulangerie reviendra chez les Chevannais et la clientèle environnante quand l’effet de mode sera passé », il dit. Face à ce succès, il envisageait encore deagrandir le magasin au cours de l’année pour ne pas abandonner son fils, qui doit lui succéder, « un outil de travail du siècle dernier », mais avec le désir de conserver une identité locale pour ceux qui disent « fier d’être Bourguignon ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Saga Furiosa, ambiance routière
NEXT Comment transformer son corps après une perte de poids importante ? – .