Une soixantaine d’hospitalisations en un mois à cause de la grippe • TNTV Tahiti Nui Télévision – .

Dans les cabinets médicaux, les médecins constatent un afflux de patients ces dernières semaines. ” Nous assistons à une résurgence d’un syndrome viral avec de la fièvre, des accès de fatigue importants, des courbatures et des maux de tête assez intenses qui mettent les patients à plat. », témoigne David Prévost, médecin généraliste à Papeete.

La faute en revient à un nouveau vague significative » grippe qui touche la Polynésie depuis plusieurs semaines. ” La plupart d’entre eux sont des grippes de type A, H1N1. Mais il y a parfois de petites variations qui font que même si nous l’avons attrapé l’année précédente, nous pouvons l’obtenir à nouveau.explique le docteur Henri-Pierre Mallet, chef de la Veille sanitaire.

Selon lui, ” il y a eu une soixantaine d’hospitalisations ces 4 dernières semaines, uniquement à l’hôpital de Taaone « . Et ” 5 à 6 décès » sont à déplorer durant cette période. ” La grippe n’est pas anodine », souligne le docteur Mallet. ” Malheureusement, il n’existe pas de traitement spécifique (…) Les personnes fragiles doivent consulter tôt pour pouvoir être prises en charge rapidement. Pour les personnes en bonne santé, le traitement est plus basique. Il faut bien s’hydrater et prendre du Paracétamol », ajoute celui-ci.

Quelques cas de dengue sont également recensés, qui « ça complique un peu les choses », les symptômes des deux maladies sont parfois similaires. ” Mais avec la grippe, on tousse. Ce qui n’est pas le cas de la dengue », constate Henri-Pierre Mallet.

Dans les cabinets médicaux, les médecins constatent un afflux de patients ces dernières semaines. (Crédit : TNTV)

Nous avons 1 à 2 épidémies de grippe par an. C’est quelque chose de constant. L’un est davantage lié au virus qui vient de l’hémisphère Nord, après l’hiver (…) et l’autre, à l’hiver austral, qui vient du Sud, en juillet et août. Là, c’est un peu atypique, parce qu’on est un peu entre les deux », souligne-t-il.

Or, la situation sanitaire actuelle n’est pas « inhabituel « . ” On connaît déjà le niveau qu’on a dans les grosses vagues (…), mais il faut rester vigilant « . Et ce, alors que les Jeux Olympiques approchent à grands pas et, avec eux, l’arrivée de diverses délégations venues des 4 coins du globe.

Nous avions anticipé le fait qu’il pourrait y avoir des épidémies pendant les Jeux. On peut espérer que l’épidémie de grippe aura ralenti d’ici là, car, en général, elle ne dure que quelques semaines. Pour la dengue, malheureusement, on craint qu’elle ne se propage, même si pour le moment, c’est relativement calme. », précise le chef de la Veille sanitaire.

Pour éviter que l’épidémie de grippe ne prolifère, les autorités recommandent l’application des gestes barrière. ” Les malades doivent absolument s’isoler comme nous l’avons fait pour le Covid. Si jamais vous devez entrer en contact avec d’autres personnes, vous devez porter un masque et vous laver les mains fréquemment. » conclut le docteur Mallet. Les personnes les plus vulnérables peuvent également se faire vacciner pour se protéger du virus.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « mais je suis toujours touché… » – .
NEXT tensions liées à l’attention médiatique