Quel portrait as-tu ? – .

Source : depositphotos.com.

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a publié cette semaine de nouvelles cartes répertoriant les populations de tiques sur le territoire provincial.

Les plus récentes données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) prédisent une augmentation importante des populations de tiques dans Lanaudière dans les années à venir.

Carte illustrant le recensement de la population actuelle de tiques au Québec – Institut national de santé publique du Québec.

L’INSPQ a collaboré avec le consortium de climatologie Ouranos et l’Observatoire multipartite québécois sur les zoonoses et l’adaptation aux changements climatiques. Ensemble, ils ont cartographié la répartition actuelle et future des tiques au Québec. Les chercheurs ont pris en compte des projections climatiques et des scénarios d’émissions de gaz à effet de serre pour 2030, 2050 et 2080. Ces cartes sont disponibles depuis mercredi sur le géoportail de la santé publique du Québec.

Carte illustrant le recensement de la population de tiques au Québec selon les projections des émissions de gaz à effet de serre au Québec – Institut national de santé publique du Québec.

Le constat est sans appel : la hausse des températures et des précipitations permettrait aux tiques de survivre et de se développer plus facilement. Les régions de l’Estrie, de la Montérégie et des Laurentides seraient principalement touchées par cette augmentation de la population de tiques.

De nombreuses plateformes « analytiques » »

Il existe aujourd’hui de nombreuses autres plateformes d’information et de recensement de la population.

L’Université Bishop’s de Sherbrooke a dévoilé une carte interactive sur la nouvelle plateforme e-tick.ca. Cette plateforme permet d’identifier les tiques aperçues dans le pays grâce à la participation des citoyens. Tout le monde est invité à prendre une photo de sa rencontre avec l’acarien et à la publier sur etick.ca pour participer au recensement.

L’Association canadienne des médecins vétérinaires a également créé le site Web Tique Toc et propose des clips vidéo éducatifs sur les tiques pour adultes et enfants.

Selon l’INSPQ, il est nécessaire de distinguer les cartes de recensement de la maladie de Lyme de celles de la population de tiques en raison de leurs nombreuses différences. Ceux-ci ont des objectifs distincts et s’adressent à des publics différents selon des fréquences de publication différentes. De plus, les fiches de recensement des tiques ne précisent pas si elles sont porteuses de la maladie.

Une augmentation de la maladie de Lyme

En raison de l’augmentation des populations de tiques, la maladie de Lyme gagne du terrain. La maladie touche de plus en plus de Québécois depuis plus de dix ans selon les données gouvernementales.

L’État a enregistré 586 cas signalés en 2022, contre 125 cas en 2014.

Carte illustrant le risque de contracter la maladie de Lyme au Québec – Institut national de santé publique du Québec.

Une chaire de recherche sur la maladie de Lyme a été créée cette semaine à l’Université de Sherbrooke. L’objectif est, entre autres, de diagnostiquer plus rapidement la maladie.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « La Vierge du Chancelier Rolin », la résurrection d’un Van Eyck au Louvre
NEXT Les meilleures chances du jeudi 23 mai 2024 – Meilleures chances