Les étudiants germanistes du collège Françoise-Héritier de L’Isle-Jourdain profitent de l’entrée au festival « CinéAllemand » à l’Olympia

Les étudiants germanistes du collège Françoise-Héritier de L’Isle-Jourdain profitent de l’entrée au festival « CinéAllemand » à l’Olympia
Descriptive text here

l’essentiel
Les étudiants allemands du collège Françoise Héritier ont pu profiter d’une projection à l’Olympia et découvrir le film allemand « Tom und Hacke ».

Comme chaque année, les Goethe-Instituts en France, dont l’une des missions est d’ouvrir les étudiants à la culture allemande, organisent le festival « CinéAllemand », une programmation cinéma destinée au jeune public. La sélection des films a été effectuée par un jury franco-allemand en fonction des sujets abordés et de la haute qualité cinématographique des productions.

Pour la première fois, les étudiants du collège Françoise-Héritier ont pu en profiter grâce au cinéma Olympia de L’Isle-Jourdain, désormais partenaire du Goethe-Institut de Toulouse. Des élèves allemands de 6e, 5e et 4e années ont récemment assisté à la projection du film « Tom und Hacke » de Norbert Lechner. Le réalisateur s’est inspiré des œuvres de l’auteur américain Mark Twain et a choisi le contexte de la Bavière d’après-guerre, période la plus favorable pour lui pour donner à ses jeunes héros des aventures, comme celles de Tom Sawyer et Huckleberry Finn.

Un meurtre dans un cimetière

Tom et Hacke emmènent le public dans l’Allemagne de 1948, avant la « Stunde Null » (reset financier du 20 juin 1948 qui permit alors le redémarrage de l’économie), où règnent la pauvreté, la fraude et surtout le marché. le noir, fil conducteur du film. De jeunes enfants sont témoins d’un meurtre dans un cimetière. Pour éviter d’avoir des ennuis, ils jurent de garder le silence. Mais lorsque Muff Potter, qui est innocent, est désigné comme le meurtrier, Tom choisit librement de tout révéler, même si son ami Hacke préfère taire la vérité. Courage, ingéniosité et amitié sont au centre de cette aventure allemande.

Après la séance, dans le cadre d’une discussion sur les conditions de vie des habitants de l’Allemagne d’après-guerre, les étudiants ont posé de nombreuses questions. Ils ont exprimé le désir de répéter cette expérience avec un nouveau film proposé par le Goethe-Institut l’année prochaine.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Hartmut Rosa : « Dans le métal, on peut se confronter à des questions existentielles »
NEXT Un Monet vendu pour 35 millions de dollars lors d’une vente aux enchères du printemps à New York